La Noblesse française sous Richelieu

Front Cover
A. Colin, 1901 - Nobility - 361 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 22 - ... au lieu de l'élever, tellement rabaissée, qu'elle fût avec le vulgaire en la plus étroite sorte de société qui soit parmi les hommes, qui est la fraternité...
Page 15 - Saint-Justin, et vînmes coucher à Cachicot, le 23 à Bazas, le 24 à Bordeaux. Le Roi y arriva le lendemain 25 , de qui j'attendois toute bonne réception ; mais , au contraire , il ne me regarda pas; de quoi j'étois un peu étonné. Toutefois je m'approchai de lui et lui dis : « Sire, me faitesvous la mine à bon escient , ou si vous vous moquez de moi ? » Il me dit froidement : « Non , je ne vous la fais point.
Page 303 - Si certains morts revenaient au monde, et s'ils voyaient leurs grands noms portés, et leurs terres les mieux titrées, avec leurs châteaux et leurs maisons antiques , possédées par des gens dont les pères étaient peut-être leurs métayers , quelle opinion pourraient-ils avoir de notre siècle ? Rien ne fait mieux comprendre le peu de chose...
Page 201 - C'est d'elle qu'on a appris à mettre les escaliers à côté, pour avoir une grande suite de chambres, à exhausser les planchers, et à faire des portes et des fenêtres hautes et larges et vis-à-vis les unes des autres...
Page 201 - Mal satisfaite de tous les desseins ' qu'on lui faisait (c'était du temps du maréchal d'Ancre, car alors on ne savait que faire une salle à un côté, une chambre à l'autre, et un escalier au milieu : d'ailleurs la place...
Page 202 - C'est la première qui s'est avisée de faire peindre une chambre d'autre couleur que de rouge ou de tanné ; et c'est ce qui a donné à sa grand'chambre le nom de la chambre bleue.
Page 299 - Faites» moi l'honneur de me prendre à vos gages , et je » renonce à tout ce que je prétends de la cour.
Page 248 - Chacun se plaçoit où il se rencontroit ; ceux qui venoient le plus tard ne laissoient pas de se mettre à table , encore qu'il y eût déjà long-temps que les autres y fussent. Quelque grande que fût cette bonne chère, on n'y parloit jamais de manger. De même que l'on étoit venu sans se dire bonjour, on s'en alloit sans se dire adieu , les uns tôt, les autres plus tard, selon leurs affaires, et on s'entretenoit sur toutes sortes de sujets , non-seulement agréablement...
Page 52 - ... mais qu'enfin , lui ayant vu rompre six de leurs rangs et tuer quelques soldats dans le septième , il jugea bien que ce devoit être M. de Montmorency, et qu'il...
Page 23 - on les lui enlève. Elle avait le droit d'impôt, « on l'abolit. Elle avait l'usage de s'assembler « dans des fêtes guerrières, on les supprime. Elle « faisait elle-même le service de ses fiefs, on l'en « dispense. Elle avait le droit de battre monnaie, « on s'en empare. Elle avait le droit d'être jugée par « ses pairs , on l'envoie à des commissions de rotu

Bibliographic information