Lettres inédites de Madame la marquise Du Chastelet à M. le comte d'Argental: auxquelles on a joint une dissertation sur l'existence de Dieu, les réflexions sur le bonheur, par le même auteur, et deux notices historiques sur Madame Du Chastelet et M. d'Argental

Front Cover
Chez Xhrouet ... Déterville ... Lenormand ... Petit, 1806 - 378 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 41 - J'espère être bientôt tirée d'inquiétude, et que vous me manderez ce qui en est. Il ya des siècles que je n'ai eu de vos nouvelles; mais je m'imagine bien que vous n'avez rien à me mander; que vous attendez que je vous instruise de la réponse du bailli, et que votre cœur veille toujours pour nous. J'attends de votre réponse par le carrosse mon bien ou mon mal, ma vie ou ma mort. Mon courrier pour la Hollande a toujours les bottes graissées.
Page 46 - ... vanité (car je ne puis falsifier le mot propre) de montrer à quelqu'un qui n'en est pas juge, un ouvrage où il ne verra que de l'imprudence? Qui confie si légèrement son secret, mérite qu'on le trahisse; mais moi, que lui ai-je fait pour qu'il fasse dépendre le bonheur de ma vie du prince royal? Je vous avoue que je suis outrée; vous le voyez bien, et je ne puis croire que vous me désapprouviez. Je sens que quand cette faute sera faite, s'il ne...
Page 216 - Nous voilà en Flandre, mon cher ami, et je voudrais bien y recevoir de vos nouvelles. Nous ne savons point à quoi en sont nos affaires; mais nous savons bien qu'elles sont en bonnes mains, puisque vous vous en mêlez : vous nous en instruirez sans doute incessamment. Je ne sais combien nous resterons ici; mais ce que je sais bien, c'est qu'il ne tient qu'à moi de faire traîner cela en longueur...
Page 47 - Je vous avoue queje suis outrée; vous le voyez bien, et je ne puis croire que vous me désapprouviez. Je sens que quand cette faute sera faite, s'il ne fallait donner que ma vie pour la réparer, je le ferais ; mais je ne puis voir, sans une douleur bien amère, qu'une créature, si aimable de tout point, veuille se rendre malheureuse par des imprudences inutiles et qui n'ont pas même de prétexte. Ce que vous pouvez, et ce dont je vous supplie, c'est de lui écrire que vous savez que le roi de...
Page 279 - Je vous demande cependant votre protection pour cette affaire : c'est un homme de condition de ce pays-ci, mais qui n'est pas riche, qui meurt d'envie d'aller à Paris, et à qui ses entrées à la comédie feront une grande différence dans sa dépense.
Page 183 - Au nom de l'amitié, mon ange tutélaire, envoyezmoi le contre-poison ; mandez combien on ferait mal de partir, et tâchez d'engager cet insensible abbé à n'en plus parler. Quand il verra que vous désapprouvez le voyage, il n'en parlera plus; car il a pour vous la vénération qu'il doit. Mais votre ami a la fureur d'un procès criminel : tout ce que je puis lui dire ne peut rien contre l'emportement de ses résolutions; je ne puis rien sans vous; mais avec vous je suis bien forte.
Page 336 - ... faut, pour être heureux, s'être défait des préjugés, être vertueux , se bien porter, avoir des goûts et des passions, être susceptible d'illusions, car nous devons la plupart de nos plaisirs à l'illusion, et malheureux est celui qui la perd.
Page 290 - Tencin, c'est tout dire) à qui elle s'adresse : « (Paris, 22 mars 1721.) Madame, je ne puis apprendre, sans m'affliger vivement, l'inquiétude où vous êtes et les projets que cette inquiétude vous fait faire. Je pourrais ajouter que je n'ai pas moins de douleur de savoir que vous blâmez ma conduite; mais je vous écris moins pour la justifier que pour vous protester qu'à l'avenir, sur ce qui vous intéresse, elle sera telle que vous voudrez me la prescrire. J'avais demandé mardi la permission...
Page 227 - J'ai senti toute sa malignité : les discours de Kœnig 1 donnaient de la vraisemblance à ces reproches, et il n'a pas tenu à lui que je n'aie passé pour m'être parée des plumes du paon, comme le geai de la fable. J'ai voulu le percer jusqu'au fond de l'âme, et je crois y avoir réussi. Il a la honte d'avoir mis...
Page 336 - Il faut commencer par se bien dire à soi-même, et par se bien convaincre que nous n'avons rien à faire en ce monde qu'à nous y procurer des sensations et des sentimens agréables.

Bibliographic information