La France pendant la guerre de cent ans: épisodes historiques et vie privée aux XIVe et XVe siècles, Volume 2

Front Cover
Hachette et cie, 1893 - Hundred Years' War, 1339-1453 - 672 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 148 - Charles, qui n' avoit pas encore dix-sept ans , « la prit par la main , et la fit lever, « et la regarda de grand manière ; en ce regard « plaisance et amour lui entrèrent au cœur ; car « il la vit belle et jeune, et si a voit grand désir
Page 91 - UrlIHEUI lATIOlIlt. de confier la garde de la personne de Jeanne Paynel au seigneur de la Roche-Guyon qui jouit de toute sa confiance en même temps qu'il enjoint aux baillis de Caen et de Cotentin de s'opposer par tous les moyens qui sont en leur pouvoir à l'entreprise du seigneur de Montauban. Quelle n'est pas la surprise et aussi la frayeur des nourrices lorsqu'elles voient revenir, après plusieurs semaines d'absence , messire Bertrand à Bricquebec en compagnie du seigneur de la Roche qui chevauche...
Page 189 - Un appel aussi insolite donne lieu de supposer que le gouvernement de Charles VII pouvait n'être pas plus ménagé par le fougueux Franciscain que l'Église elle-même; et comme ce gouvernement ne faisait rien pour la Pucelle, prisonnière à Rouen des Anglais, qui depuis deux mois et demi instruisaient son procès, on est amené à se demander si Frère Richard, oubliant avec la plus généreuse imprudence des dissentiments d'importance après tout secondaire, ne revenait pas vers Jeanne, maintenant...
Page 51 - France, combien tu es précieuse «t à la fois combien tu es vile ! Combien tu es précieuse et même d'un prix inestimable, étant considéré le mystère de justice qui en toi virtuellement est inclus et réside! Mais combien tu es vile, la plus vile en vérité des choses de ce monde, si l'on réfléchit au fardeau, aux fatigues, aux angoisses, aux peines de cœur, de corps et aux anxiétés de conscience que tu imposes à celui qui ne saurait te porter sans fléchir sous ton poids!
Page 112 - Vers la mi-septembre, quelques jours à peine après l'assassinat de Jean sans Peur, égorgé sur le pont de Montereau le 10 de ce mois, Jean de Fayel ne craignit pas de sommer les habitants de Senlis de faire leur 'soumission au Dauphin. Les Senlisiens répondirent dès le 29 avec beaucoup de dignité qu'ils ne reconnaissaient d'autre souverain que le roi de France et ne voulaient que la paix, mais que, si on osait les attaquer, ils sauraient se défendre. Au renouveau de l'année suivante, en mai...
Page 268 - Saint-Michel pendant trente-neuf ans, qui défendit cette forteresse contre les Anglais pendant vingt-cinq ans. Que tous les bons Français prient Dieu pour lui et pour elle.
Page 43 - Dieu tout-puissant , nous vous rendons grâces de tous vos bienfaits, vous qui vivez et régnez dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.
Page 202 - ... fautes qui, certainement, auront encore échappé. Nous avons rétabli, suivant le besoin, la ponctuation et l'accentuation. I. — De par Orliens. Salberi, prince d'orgueuil, De faulsselé, de tyrannie, Devant Orliens a perdu l'ueil (1) Et à Meun (2) fine sa vie. 5. Dieu a restraint sa grant follie. Entreprins avoit grant oultrage, Qui ne craint Dieu, il n'est pas sage. Et pour certain j'ay oy dire Que celuy jour qui fut bléché (3) 10. Il dist à ses gens tous plains d'ire Que il avoit la...
Page 188 - El ont les dits vicaires et inquisiteur requis à la Cour qu'elle y donne son aide et confort. Et aussi, pour ce que icellui Frère Richard n'est venu devers la Cour qui l'a mandé, icelle Cour a ordonné qu'après les dites défense et arrêts faits, il en soit donné lecture au dit Frère Richard.
Page 100 - Ce passage des plaidoiries de 1^16 prouve que le Chantilly des Orgemont était considéré comme l'une des plus belles résidences des environs de Paris au commencement du xve siècle. Du reste, les aveux et dénombrements rendus par Pierre II d'Orgemont en i4oi et par Pierre III, son fils, en i445, qui sont conservés aux Archives nationales, permettent de se faire une idée nette de cette résidence ainsi que du domaine, déjà considérable, qui en dépendait. Les bâtiments proprement dits se...

Bibliographic information