Esquisses historiques des principaux événemens de la révolution française: depuis la convocation des États-généraux jusqu'au rétablissement de la maison de Bourbon, Volume 2

Front Cover
Baudouin frères, 1823 - France
1 Review
 

What people are saying - Write a review

User Review - Flag as inappropriate

paoli

Contents


Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 323 - La Convention nationale décrète que quiconque proposerait ou tenterait d'établir en France la royauté ou tout autre pouvoir attentatoire à la souveraineté du peuple, sous quelque dénomination que ce soit, sera puni de mort.
Page 336 - Je recommande à mon fils, s'il avait le malheur de devenir Roi, de songer qu'il se doit tout entier au bonheur de ses Concitoyens, qu'il doit oublier toute haine et tout ressentiment, et nommément tout ce qui a rapport aux malheurs et aux chagrins que j'éprouve. Qu'il ne peut faire le bonheur des Peuples qu'en régnant suivant les Lois...
Page 68 - Majesté, par une proclamation vraiment impolitique dans la circonstance; la situation de Paris, sa proximité des frontières, ont fait sentir le besoin d'un camp dans son voisinage. Cette mesure, dont la sagesse et l'urgence ont frappé tous les bons esprits, n'attend encore que la sanction de Votre Majesté. Pourquoi faut-il que des retards lui donnent l'air du regret, lorsque la célérité lui gagnerait tous les cœurs?
Page 110 - Sous nos drapeaux, que la victoire Accoure à tes mâles accents; Que tes ennemis expirants Voient ton triomphe et notre gloire!
Page 110 - Entendez-vous, dans les campagnes, Mugir ces féroces soldats? Ils viennent, jusque dans vos bras, Egorger vos fils, vos compagnes!
Page 214 - Des citoyens assez paisibles obstruaient la rue qui conduit à cette prison ; une trèsfaible garde était à la porte : j'entre.... Non, jamais ce spectacle ne s'effacera de mon cœur ! Je vois deux officiers municipaux revêtus de leur écharpe; je vois trois hommes tranquillement assis devant une table , les registres d'écrous ouverts et sous leurs yeux , faisant l'appel des prisonniers ; d'autres hommes les interrogeant ; d'autres hommes faisant...
Page 227 - Paris se hâte d'informer ses frères de tous les départemens qu'une partie des conspirateurs féroces détenus dans les prisons a été mise à mort par le peuple; actes de justice qui lui ont paru indispensables pour retenir, par la terreur, ces légions de traîtres cachés dans ses murs, au moment où il allait marcher à l'ennemi; et sans doute la nation entière, après la longue suite de trahisons qui l'ont conduite sur les bords de l'abîme, s'empressera d'adopter ce moyen si...
Page 459 - Ce calme imperturbable et cette entière abnégation de soi-même qui n'annoncent aucun remords, et pour ainsi dire en présence de la mort même, ce calme et cette abnégation, sublimes sous un rapport, ne sont pas dans la nature, ils ne peuvent s'expliquer que par l'exaltation du fanatisme politique qui lui a mis le poignard à la main. Et c'est à vous, citoyens jurés, à juger de quel poids doit être cette considération morale, dans la balance de la justice. Je m'en rapporte à votre prudence.
Page 417 - ... ce ne sera pas en vain ; les factieux seront abandonnés des bons citoyens qu'ils abusent... Si vous n'avez pas ce courage, c'en est fait de la liberté. Je vois la guerre civile, qui déjà est allumée dans ma patrie, étendre partout ses ravages, et déchirer la France en petits États...
Page 236 - Delessart , nous vous laisserons emmener les autres : autrement ils périront tôt ou tard, nous irons à la Ménagerie; si nous les laissions aller , on les sauverait encore. Pendant ce temps, la multitude avait fermé la grille de l'Orangerie, de manière que l'avant-garde était toujours séparée du reste de l'escorte. M.

Bibliographic information