Romania: recueil trimestriel consacré à l'étude des langues et des littératures romanes

Front Cover
Paul Meyer, Gaston Bruno Paulin Paris, Antoine Thomas, Mario Roques
Société des amis de la Romania, 1883 - Romance literature
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 422 - L'Académie des inscriptions et belles-lettres, dans sa séance du 1 5 juin, a décerné le premier prix Gobert à M. Frédéric Godefroy, pour les tomes 1 et II de son Dictionnaire de la langue d'oïl (M. Godefroy avait eu l'année précédente le second prix Gobert pour le t. I). — Dans la même séance, l'Académie a décerné pour la première fois le prix fondé par le marquis de La Grange et destiné à l'édition de poésies françaises du moyen âge. On avait cette année à disposer des...
Page 120 - D'ire m'espranent et auisent, quant je les voi ronpre et tranchier; n'onques ne pueent estanchier les lermes, qui des ialz li chieent : totes ces choses me dessieent. A tôt ce qu'il sont plain de lermes si qu'il n'en est ne fins ne termes, ne furent onques si bel oel. De ce qu'ele plore me duel, ne de rien n'ai si grant destrece corne de son vis qu'ele blece...
Page 93 - L'i et l'u accentués, quelle que soit la place i . On peut aussi consulter sur cette matière, comme sur bien d'autres sujets se rapportant à la langue portugaise usuelle, et avec une grande utilité, la Nouvelle Méthode pour apprendre la langue portugaise, composée d'après les principes de F. Ahn, par F. de Lencastre. Leipzig, chez FA Brockhaus, 1883, 4 livraisons. M. de Lencastre a fait preuve d'unegrande sagacité et d'un esprit sérieux dans la rédaction de son petit traité; pour la mise...
Page 324 - Pour un bouton de rosé que je lui ai refusé. Je voudrais que la rosé fût encore au rosier, Et que le rosier même fût encore à planter, Et que le planteur même ne fût pas encor né, Et que mon ami Pierre fût encore à m'aimer.
Page 320 - C'est de mon ami Pierre, qui ne veut plus m'aimer, Pour un bouton de rose, que je lui refusai. Je voudrais que la rose fût encor au rosier, Et que mon ami Pierre fût encor à m'aimer. Anonyme (xvui<-). LES MENSONGES Oh, j'ai vu, j'ai vu Compèr' qu'as-tu vu ? J'ai vu une vache Qui dansait sur la glace A la Saint Jean d'été Compèr
Page 470 - Ce père en effet empêche absolument son fils de combattre contre l'inconnu, et consent seulement à le suivre pendant deux jours, pour voir s'il est tel que le vieillard le suppose (v. 1828). — Ils arrivent à un moutier, près duquel est un cimetière où sont les tombes destinées aux meilleurs chevaliers encore vivants, dont les noms sont inscrits sur chacune2. Au milieu en est une beaucoup plus belle que les autres, couverte d'une lame que sept hommes forts ne pourraient soulever ; sur la...
Page 30 - L'orthographe portugaise ne connaît point ces signes, que j'emploie ici seulement pour me faire mieux comprendre. Pour plus de clarté, je vais mettre sous les yeux du lecteur deux tableaux, l'un des voyelles portugaises et l'autre des voyelles françaises, au moyen d'exemples. Voyelles françaises. Voyelles portugaises. — Sa ça...
Page 368 - L'auteur dit : A primo anno quo Saxones venerunt in Britanniam usque ad annum quartum Mervini régis supputantur anni CCCC. XXIX. Or il résulte de la critique irréfutable de M. de La B. lui-même que l'auteur place la première venue des Saxons en 449 a ; il écrivait donc en 878. M. de La B. repousse cette date, parce qu'il trouve dans le Brut y Tywysogion que le roi Mervin, mort, d'après les Annales Cambriac, en 844, commença à régner en 818, et il fixe par conséquent la date du livre à...
Page 549 - Lei allora dice: Vigna ero e vigna sono, ero potata e ora non sono, e non so per che ragione non mi pota '1 mi* padrone. « E '1 marito li risponde: Vigna eri e vigna sei, eri potata e ora non sei; per la granfia del leone non ti pota '1 tu
Page 430 - Remarques sur le rôle de l'élément franc dans la formation de la langue française, par Martin SCHWEISTHAL. Paris, Leroux, in-8°, 44 p. — L'auteur soutient que l'ancien franc est représenté aujourd'hui par le dialecte luxembourgeois, et, s'appuyant sur ce fait, essaie de démontrer l'influence du franc sur le français.

Bibliographic information