Carl, Erzherzog von Oesterreich und die österreichische Armee unter Ihm, Volume 1

Front Cover
Literarisch-artistisches Institut, 1840 - Austria - 417 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 11 - bon me semblera, et alors je ne m'arrêterai pas en » Suisse; je marcherai, selon mes ordres, directement » en Franche-Comté. Dites-lui qu'à Vienne je serai à ses » pieds, mais qu'ici je suis au moins son égal : il est » feld-maréchal, je le suis aussi : il est au service d'un » grand empereur, et moi aussi : comme lui je com...
Page 11 - J'ai acquis de l'expérience à force de victoires, et je » n'ai ni conseils ni avis à prendre de qui que ce soit; » je n'en prends que de Dieu et de mon épée.
Page 235 - Qu'est devenu ce tems où sur de frais sillons, De l'Adige au Tésin, leurs joyeux bataillons, Mêlant l'hymne de guerre aux airs de la folie, Traversaient en chantant la riante Italie, Beau jardin, tout paré d'éclatantes couleurs, Où les champs de bataille étaient des champs de fleurs?
Page 119 - ... d'une attaque de vive force, et les conséquences d'une brusque reddition. Il imagine de concilier des intérêts inconciliables; il consent à rendre la place, mais Wartensleben est encore en vue; il demande que la remise se diffère jusqu'à ce qu'il soit éloigné. Ney repousse des ménagemens semblables; il connaît le prix du temps, il veut voler sur les traces des vaincus; il éclate avec violence contre une inutile obstination; il jure de tout passer au fil de l'épée, si on l'arrête...
Page 195 - L'archiduc lui fit visite, et le vieux, le respectable Kray, plus accablé qu'il ne l'était lui-même, ne le quitta pas qu'il n'eût rendu le dernier soupir. Marceau expira au milieu des hommages que méritait sa grande ame. Tous n'ont pas été si heureux. L'armée avait atteint la Sieg; Beurnonville vint la recueillir. Il la trouva nue, rebutée, dans le désordre qui suit la défaite ; il perdit contenance à la vue de la tâche dont il était chargé. Brave, mais sans expérience, sans habitude...
Page 119 - On hésite j il s'emporte, menace, ne parle que de bombes, d'incendie, si l'on balance encore. Le commandant se laisse ébranler : c'est un homme irrésolu, pusillanime, qui veut à la fois éviter les suites d'une attaque de vive force, et les conséquences d'une brusque reddition. Il imagine de concilier des intérêts inconciliables ; il consent à rendre la place, mais Wartensleben est encore en vue ; il demande que la remise se diffère jusqu'à ce qu'il soit éloigné. Ney repousse des ménagemens...
Page 119 - ... commandant se laisse ébranler : c'est un homme irrésolu, pusillanime, qui veut à la fois éviter les suites d'une attaque de vive force, et les conséquences d'une brusque reddition. Il imagine de concilier des intérêts inconciliables ; il consent à rendre la place, mais Wartensleben est encore en vue ; il demande que la remise se diffère jusqu'à ce qu'il soit éloigné. Ney repousse des ménagemens semblables; il connaît le prix du temps, il veut voler sur les traces des vaincus...

Bibliographic information