Revue de l'Anjou et de Maine et Loire, Volume 5

Front Cover
Librairie de Cosnier et Lachèse., 1856
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 260 - La vanité trop impressionnable des fils de nos vieux magistrats avait oublié le mot devenu célèbre de l'empereur Sigismond qui, dans une auguste solennité, donnait la préséance à un simple jurisconsulte sur les hommes portant l'épée, disant qu'il pouvait faire en un jour mille chevaliers des armes, tandis qu'en mille ans, il ne pourrait faire un seul chevalier des lois. Les offices de magistrature, ainsi dédaignés par les anciens titulaires, avaient...
Page 218 - ... ou (si les choses s'y adonnoient) pour les obtenir de vous par prières. Si suffisamment il a enduré et souffert, estant chassé hors de sa maison et tiré d'avec ses...
Page 195 - Echaubroignes, qui, ce jour-là, étaient dix-sept cents sous les armes, répondirent tous à grands cris : « Oui, monsieur le marquis ; nous vous » suivrons où vous voudrez. » Ces braves paysans et ceux des paroisses voisines...
Page 350 - Brave Grillon, pendez-vous de n'avoir été ici près de moi lundi dernier à la plus belle occasion qui se soit jamais vue et, qui peut-être se verra jamais.
Page 263 - ce mémorable dévouement pour la cause publique qui vous a ob» tenu la déctaration du roi qui ordonne que l'assemblée des Etats «généraux aura lieu dans le courant de janvier 1789, et que les » officiers des cours reprendront l'exercice de leurs fonctions.
Page 73 - Ses armes étaient d'argent à la bande fuselée de gueules, accompagnée de six fleurs de lys d'azur mises en orle, trois en chef et trois en pointe.
Page 218 - ... cent, envers le roy Ferdinand, aussi son allié et « amy, ayant grande occasion de congratuler à tous « deux : aux uns, pour avoir trouvé un port en la «tourmente de leurs biens; et au roy Ferdinand, « pour raison du bon advis et conseil qu'il a pris « d'user de misericorde. Je ne suis donc pas venu « pour excuser la faulte de Ulrich, combien qu'il en « ait quelque cause, sinon juste, à tout le moins con...
Page 361 - Loire et d'Ëlavaris qu'on appelle l'Allier, ainsi que les autres torrents qui viennent s'y jeter, se gonflèrent à ce point qu'elles sortirent des limites qu'elles n'avaient jamais franchies; ce qui causa la perte de beaucoup de troupeaux, un grand dommage dans l'agriculture, et renversa beaucoup d'édifices.
Page 239 - Un ciel pur et transparent, éclairci qu'il était par un vent du nord très-vif, n'interposait aucun obstacle devant la vue, et ma lorgnette sondait facilement les distances les plus éloignées. De là, en effet, apparaît .la mer Egée, avec la plupart des îles qui la parsèment, depuis celle de Rhodes, au S., jusqu'à celle de Lemnos, an N. Au N.-O., le mont Athos dresse sa masse énorme, qui semble ombrager une partie de l'Archipel. A l'E., les diverses montagnes de l...
Page 357 - ... héros, comme à Julien, comme à Mosca, et qu'il aurait si bien voulu prendre pour lui-même ; c'est une affectation d'esprit fort et un parti pris de sarcasme contre tous les principes, et de mépris pour les hommes. Ajoutez-y une imagination stérilement abondante qui appauvrit le roman en accumulant les incidents, au lieu de tirer d'un événement tout ce qu'il contient, et qui embrouille à chaque instant la trame du récit en la compliquant de digressions et d'épisodes; ajoutez enfin un...

Bibliographic information