Les trois mousquetaires, Volume 4

Front Cover
Meline, Cans et Compagnie, 1844
3 Reviews
 

What people are saying - Write a review

User Review - Flag as inappropriate

Ce n'est pas l'ouvre complet, c'est juste le quatrieme livre.

User Review - Flag as inappropriate

Manque le début.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 120 - Je veux vous dire que, tout en restant invisible à vos yeux, je ne vous ai pas perdue de vue, moi ! — Vous savez ce que j'ai fait? — Je puis vous raconter jour par jour vos actions depuis votre entrée au service du cardinal jusqu'à ce soir. Un sourire d'incrédulité passa sur les lèvres pâles de milady. — Écoutez. C'est vous qui avez coupé les deux ferrets de diamants sur l'épaule du duc de Buckingham; c'est...
Page 119 - M. le cardinal. nîable, s'assit sans proférer une seule parole. —Vous êtes un démon envoyé sur la terre, dit Athos ; votre puissance est grande, je le sais, mais vous savez aussi qu'avec l'aide de Dieu les hommes ont souvent vaincu les démons les plus terribles. Vous vous êtes déjà trouvée sur mon chemin, je croyais vous avoir terrassée, madame; mais, ou je me trompai, ou l'enfer vous a ressuscitée. Milady, à ces paroles qui lui rappelaient des souvenirs effroyables, baissa la tête...
Page 45 - Et aussitôt, prenant ses jambes à son cou, 5 il s'enfuit dans la direction du camp, avec la vitesse des gens de son pays si renommés pour leur agilité ; mais, quelle que fût la rapidité de sa course, le. premier qui avait tiré, ayant eu le temps de recharger son arme, lui tira un second coup si bien ajusté, cette fois, que la balle traversa son feutre et le fit voler à dix pas de lui. Cependant, comme d'Artagnan n'avait pas d'autre chapeau, il ramassa le sien tout en courant, arriva fort...
Page 43 - Bonacieux avait disparu sans qu'il pût découvrir encore ce qu'elle était devenue. Comme fortune, il s'était fait, lui chétif, ennemi du cardinal, c'est-à-dire d'un homme devant lequel tremblaient les plus grands du royaume, à commencer par le roi. Cet homme pouvait l'écraser, et cependant il ne l'avait pas fait ; pour un esprit aussi perspicace que l'était d'Artagnan, cette indulgence était un jour par lequel il voyait dans un meilleur avenir. Puis, il s'était fait encore un autre ennemi...
Page 152 - D'Artagnan poussa une exclamation de surprise et d'indignation. — Mais c'est infâme ! s'écria-t-il. — Oh ! quant à cela , dit Athos, je vous prie de croire que je m'en inquiète fort peu. Maintenant que vous avez fini, Grimaud, continua Athos, prenez...
Page 139 - ... trouver quelque endroit écarté dans les dunes, au bord de la mer. — Où l'on, nous aurait vus conférer tous les quatre ensemble, de sorte qu'au bout d'un quart d'heure le cardinal eût été prévenu par ses espions que nous tenions conseil. — Oui, dit Aramis, Athos a raison : Animadvcrtuntur in desertis.
Page 52 - D'Artagnan ne s'était pas trompé : ces deux hommes ne l'avaient suivi que pour l'assassiner, espérant que la mort du jeune homme serait mise sur le compte de l'ennemi. Seulement, comme il pouvait n'être que blessé et dénoncer leur crime, ils s'approchèrent pour l'achever ; heureusement, trompés par la ruse de d'Artagnan, ils négligèrent de recharger leurs fusils. Lorsqu'ils furent à dix pas de lui, d'Artagnan, qui en tombant avait eu grand soin de ne pas lâcher son épée, se releva tout...
Page 50 - D'Artagnan partit avec ses quatre compagnons et suivit la tranchée : les deux gardes marchaient au même rang que lui et les soldats venaient par derrière. Ils arrivèrent ainsi, en se couvrant des revêtements, jusqu'à une centaine de pas du bastion. Là d'Artagnan, en se retournant, s'aperçut que les deux soldats avaient disparu. Il crut qu'ayant eu peur ils étaient restés en arrière et continua d'avancer. Au détour de la contrescarpe, ils se trouvèrent à soixante pas à peu près...
Page 67 - ... par les secousses de la route. De ce vin, la première bouteille était un peu trouble vers la fin, Brisemont versa cette lie dans un verre, et d'Artagnan lui permit de la boire ; car le pauvre diable n'avait pas encore beaucoup de forces. Les convives, après avoir mangé le potage, allaient porter le premier verre à leurs lèvres, lorsque tout à coup le canon retentit au fort Louis et au fort Neuf ; aussitôt les gardes, croyant qu'il s'agissait de quelque attaque imprévue, soit des assiégés,...
Page 39 - Buckingham l'avait emporté sur lui, et, dans deux ou trois circonstances et particulièrement dans celle des ferrets, l'avait, grâce au dévouement des trois mousquetaires et au courage de d'Artagnan, cruellement mystifié. Il s'agissait donc pour Richelieu, non-seulement de débarrasser la France d'un ennemi, mais de se venger d'un rival ; au reste, la vengeance devait être grande et éclatante, et digne en tout d'un homme qui tient dans sa main, pour épée de combat, les forces de tout un royaume....

Bibliographic information