C. Valerius Catullus, ex ed. F.G. Doeringii, cui suas et aliorum adnotationes adjecit J. Naudet. [With] Sur Catulle [by A. Conti, tr. by F. Arnaud. And] Dissertatio de Manlii et Juliæ epithalamio et versio Gallica ejusdem carminis [by J. Naudet. And] De coma Berenices dissertaio Italica, auctore U. Foscolo

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Fréquemment cités

Page 42 - Comata silva: nam Cytorio in iugo Loquente saepe sibilum edidit coma. Amastri Pontica et Cytore buxifer, Tibi haec fuisse et esse cognitissima Ait phaselus: ultima ex origine Tuo stetisse dicit in cacumine, Tuo imbuisse palmulas in aequore, Et inde tot per...
Page 137 - O funde noster seu Sabine seu Tiburs, (Nam te esse Tiburtem autumant, quibus non est Cordi Catullum laedere: at quibus cordi est, Quovis Sabinum pignore esse conten dunt); Sed seu Sabine sive verius Tiburs, Fui libenter in tua suburbana Villa malamque pectore expuli tussim, Non inmerenti quam mihi meus venter, Dum sumptuosas appeto, dedit, cenas.
Page 420 - Ptolomée attaque les ennemis, les bat, les disperse, unit l'Asie et l'Egypte, et revient triomphant dans les bras de Bérénice, qui, fidèle à son serment, s'empresse de l'accomplir. Le lendemain même , la chevelure disparut du temple ; les recherches furent vaines , on ne l'y retrouva point. Pour apaiser le ressentiment de la reine, Conon, le plus célèbre des astronomes de son temps, vraisemblablement gagné par les prêtres, feignit d'avoir vu la chevelure transportée et placée dans le...
Page 420 - Ourse et du Bouvier, sept étoiles qui n'avaient point de nom, comme il paraît qu'au temps d'Auguste on n en avait point encore donné aux étoiles de la Ljre, où Virgile transporta l'image de ce prince , entre la Vierge et le Scorpion. Callimaque, pour plaire à la reine, mit en vers l'apothéose de ses cheveux ; et si jamais l'adulation ne fut portée plus loin, jamais aussi, j'ose le dire, elle ne fut plus ingénieuse. Pour sentir la vérité de ce que j'avance , il faut se transporter au temps...
Page 323 - Tu mea tu moriens fregisti commoda, frater, Tecum una tota est nostra sepulta domus, Omnia tecum una perierunt gaudia nostra, Quae tuus in vita dulcis alebat amor.
Page 255 - Quis dum aliquid cupiens animus praegestit apisci, Nil metuunt iurare, nihil promittere parcunt: Sed simul ac cupidae mentis satiata libido est, Dicta nihil metuere, nihil periuria curant.
Page 111 - Bithunos liquisse campos et videre te in tuto. O quid solutis est beatius curis? cum mens onus reponit, ac peregrino labore fessi venimus larem ad nostrum, desideratoque acquiescimus lecto. Hoc est quod unum est pro laboribus tantis. Salve o venusta Sirmio atque hero gaude ; gaudete vosque o Lydiae lacus undae ; ridete quicquid est domi cachinnorum.
Page 296 - Battiadae, ne tua dicta vagis nequiquam credita ventis effluxisse meo forte putes animo, ut missum sponsi furtivo munere malum 20 procurrit casto virginis e gremio, quod miserae oblitae molli sub veste locatum, dum adventu matris prosilit, excutitur; atque illud prono praeceps agitur decursu, huic manat tristi conscius ore rubor.
Page 431 - ... qui ne renferme rien qui puisse faire rougir et repentir Thésée de son inconstance et de sa perfidie. S'il était possible de former une table où les pensées et les expressions les plus propres à représenter les passions d'une même espèce , fussent ordonnées et disposées de manière qu'on pût en saisir les nuances, la succession , le mélange et la gradation , on verrait que chaque passion a son langage déterminé , et sa marche propre et particulière, dont on ne peut s'écarter...
Page 153 - Ille, si fas est, superare divos, Qui sedens adversus identidem te Spectat et audit Dulce ridentem, misero quod omnis Eripit sensus mihi; nam simul te, Lesbia, adspexi, nihil est super mi Lingua sed torpet, tenuis sub artus Flamma demanat, sonitu suopte Tintinant aures, gemina teguntur Lumina nocte.

Informations bibliographiques