Mémoire sur les forêts et leur influence climatérique

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 18 - Au maintien des terres sur les montagnes ou sur les pentes ; 2° A la défense du sol contre les érosions et les envahissements des fleuves, rivières ou torrents; 3° A l'existence des sources et cours d'eau; 4° A la protection des dunes et des côtes contre les érosions de la mer et l'envahissement des sables; 5°...
Page 16 - Quoique le désordre qui s'était glissé dans les Eaux et Forêts de notre Royaume fût si universel et si invétéré que le remède en paraissait presque impossible...
Page 74 - Arago, ces deux contrées deviendraient accessibles aux vents d'ouest, aux vents tempérés venant de la mer. De là une diminution dans le froid des hivers. Si une forêt toute pareille était défrichée sur la côte orientale de la France, le vent d'est glacial s'y propagerait plus fortement, et les hivers seraient plus rigoureux.
Page 111 - ... dans l'espace de vingt-deux ans, la vallée avait été le théâtre de luttes sanglantes, durant la guerre de l'indépendance; la population avait été décimée, les terres étaient restées incultes, et les forêts, qui croissent avec une si prodigieuse rapidité sous les tropiques, avaient fini par occuper une grande partie du pays...
Page 129 - ... plus forte ; que sous l'ère impériale elle a été fortement en baisse avec des alternatives de hausse et de baisse ; qu'elle s'est relevée sous la restauration, avec de semblables alternatives, pour redescendre de 1826...
Page 4 - L'histoire nous en fournit, au reste, de nombreux exemples : du Gange à l'Euphrate, de l'Euphrate à la Méditerranée, sur une étendue de plus de mille lieues en longueur et de plusieurs centaines de lieues en largeur, trois mille ans de guerre ont ravagé ces contrées; Ninive et Babylone, si renommées par leur civilisation avancée, Palmyre et...
Page 16 - Nous avons donnée au rétablissement de cette noble et précieuse partie de notre domaine, que Nous la voyons aujourd'hui en état de refleurir plus que jamais et de produire avec abondance au public. tous les avantages qu'il en peut espérer, soit pour les commodités de la vie privée, soit pour les nécessités de la guerre, ou enfin pour l'ornement de la paix et l'accroissement du commerce, par les voyages de long cours dans toutes les parties du monde.
Page 111 - En 1826, les montagnes métallifères de Marmato ne présentaient que quelques misérables cabanes, habitées par des nègres esclaves. En 1830, cet état de choses n'existait plus; il y avait de nombreux ateliers et une population de 3,o00 habitants.
Page 110 - Choiseul-Gouffier n'a pu retrouver dans la Troade le fleuve Scamandre, qui était encore navigable du temps de Pline; son lit est aujourd'hui entièrement desséché ; mais les cèdres qui couvraient le mont Ida, où il prenait sa source, ainsi que le Simoïs, n'existent plus. M.
Page 59 - Var, les chaleurs ont été beaucoup plus seu« sibles qu'auparavant. » Le lecteur est prié de remarquer les assertions suivantes : "L'abatis des forêts n'a pas diminué la quantité annuelle des « pluies. « Quant à la diminution des sources, elle est considérable depuis les « défrichements ; il est hors de doute que la chute des forêts a fait « tarir presque toutes les petites sources et atténué considérablement « les plus importantes. «Lorsque les pluies tombent sur des terres penchantes...

Bibliographic information