Les plaidoyers de Démosthène: Thèse

Couverture
A. Durand, 1862 - 201 pages
 

Pages sélectionnées

Table des matières


Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 122 - ... passé, et non pas seulement avoir succombé à la malignité de la fortune. Mais, il n'en est pas ainsi : non, vous n'avez pas failli, hommes athéniens, en ayant choisi le parti du péril à braver, pour l'indépendance et le salut de tous. Non, je le jure par ceux qui se hasardèrent les premiers à Marathon, et par ceux qui étaient rangés en bataille à Platée, et par ceux qui combattirent à Salamine et aussi à la journée d'Artémise, et par beaucoup d'autres gisant aujourd'hui sous...
Page 122 - Une part d'action auxiliaire dans chacune des choses qui ont été faites, voilà ce que je dis m'appartenir aussi . Mais cet homme, au contraire, qui incrimine tout, et vous ordonne d'être implacables pour moi, comme pour l'auteur des alarmes et des dangers de la ville, en même temps qu'il aspire à me dépouiller, dans le présent, d'un titre d'honneur, il vous arrache à tout jamais votre gloire; car, si par cette considération que ma politique n'a pas été la meilleure, vous condamnez Ctésiphon,...
Page 62 - Vatinius ou Antoine ? Combien nos passions et nos intérêts nous ont-ils fait offenser la vérité et la justice ! Le véritable usage de l'éloquence est de mettre la vérité en son jour et de persuader aux autres ce qui leur est véritablement utile, c'està-dire la justice et les autres vertus; c'est l'usage qu'en a fait Platon, que nous n'avons imité ni l'un ni l'autre.
Page 122 - Monuments publics, vaillants hommes que la ville, les jugeant dignes du même honneur, a tous également ensevelis, ô Eschine! et non pas ceux-là seulement qui avaient triomphé; elle était juste en cela; car l'œuvre des hommes de cœur, tous l'avaient accomplie; mais ils avaient eu la part de destinée que le Dieu avait faite à chacun d'eux. » J'écoutais, sous la voix grave et passionnée du lecteur, ce serment immortel, reconnaissant à peine mes faibles paroles françaises, que...
Page 87 - Général par qui ils pourraient jouir d'une heureuse servitude : ils ne croyaient pas même digne d'eux de vivre, s'il ne leur était donné de vivre libres. Chacun d'eux pensait qu'il avait été mis au monde, non pas seulement pour son père et pour sa mère, mais aussi pour son pays. Quelle différence y at-il entre ces deux choses? La voici. L'homme qui se croit né seulement pour ses parents...
Page 7 - Entraîné par la mâle éloquence de Démosthène , mon élève dira : C'est un orateur ; en lisant Cicéron, il dira : C'est un avocat. » Rousseau, j'en suis convaincu , ne lisait guère Cicéron , et il connaissait Démosthène à peu près comme tant de grands littérateurs connaissent Eschyle, ou Pindare, ou la Poétique d'Aristote, ou la plupart de ces livres grecs dont le titre revient si souvent sous leur plume.
Page 126 - Mais il faut avouer que l'harmonie de la période ne le cède point à la beauté de la pensée; car elle va toujours de trois temps en trois temps , comme si c'étoient tous dactyles, qui sont les pieds les plus nobles et les plus propres au sublime ; et c'est pourquoi le vers héroïque , qui est le plus beau de tous les vers, en est composé. En effet, si vous ôtez un mot de...
Page 122 - ... que ma politique n'a pas été la meilleure, vous condamnez Ctésiphon, vous paraîtrez avoir failli vous-mêmes dans le passé, et non pas seulement avoir succombé à la malignité de la fortune. Mais, il n'en est pas ainsi ,• non, vous n'avez pas failli, hommes athéniens, en ayant choisi le parti du péril à braver, pour l'indépendance et le salut de tous. Non, je le jure par ceux qui se hasardèrent les premiers à Marathon, et par ceux qui étaient rangés en bataille à Platée, et...
Page 153 - Sorbonne, le 2 juillet 1843, par le doyen de la Faculté des Lettres de Paris. J. VICT. LE CLERC. Permis d'imprimer.
Page 90 - ... frappe aujourd'hui encore, et, comme Platon, nous en rapporterons l'honneur à la philosophie et aux idées générales. C'est là que le développement oratoire a ses racines, et sans elle l'éloquence d'apparat demeure pauvre. Si on relit ces pages d'Isocrate, on verra tout de suite que les pensées générales, les sentences, en font les principales beautés, et qu'elles agrandissent tout ce qu'il touche. Thucydide avait trouvé ce secret, qui restait comme enveloppé dans l'originalité laborieuse...

Informations bibliographiques