The cardinal de Loménie de Brienne, archevèque de Sens: ses dernières années. Épisodes de la révolutio

Front Cover
P. Duchemin, 1896 - France - 318 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 225 - Vous m'accusez d'émigration ; je n'ai pas eu le pouvoir de produire mes • moyens de défense à un défenseur officieux ; mais je n'en ai pas besoin, « j'ai dans ma poche tous mes certificats de résidence qui constatent ma • présence en France depuis le commencement de la Révolution jusqu'au • moment de mon incarcération. Ils sont signés, aux termes de la loi, de • neuf témoins, et ils sont sans interruption. Comme je ne suis prévenu que • du fait d'émigration, ma défense consiste...
Page 227 - Qu'il a existé des complots et conspirations formés par Capet, sa femme, sa famille, ses agents et complices, par suite desquels des provocations à la guerre civile dans l'intérieur ont été formées, des secours...
Page 243 - Sainteté qu'on la trompe sur l'état de la religion dans ce royaume ; que les voies de condescendance auxquelles je tâchais de l'amener sont impérieusement commandées par les circonstances; que son long silence a peut-être amené les affaires au dernier point de crise, et que les moyens rigoureux auxquels elle paraît déterminée ne peuvent que produire un effet contraire à ses intentions. « Je la supplie de recevoir ces dernières réflexions comme l'hommage bien sincère du respect et du...
Page 68 - ... et en l'exécutant, soit par la destruction de l'ancien et vénérable chapitre de votre église, soit par l'usurpation d'un diocèse étranger, irrégulièrement remis entre vos mains par la puissance civile. De tels actes sont des forfaits détestables.
Page 34 - L'animosité du public est poussée si loin qu'il craindra d'être compromis, et vraiment, peutêtre, cela feroit tort à son crédit. Mais en même temps que faire? En vérité et en conscience, nous ne pouvons pas sacrifier un homme qui nous a fait tous ceux (les sacrifices) de sa réputation , de son existence dans le monde, et peut-être de sa vie, car je crains bien que tout ceci ne le tue. Il ya encore Foulon, si MN refusoit absolument.
Page 225 - ... défense à un défenseur officieux ; mais je n'en ai pas besoin, « j'ai dans ma poche tous mes certificats de résidence qui constatent ma • présence en France depuis le commencement de la Révolution jusqu'au • moment de mon incarcération. Ils sont signés, aux termes de la loi, de • neuf témoins, et ils sont sans interruption. Comme je ne suis prévenu que • du fait d'émigration, ma défense consiste dans la représentation de ces • certificats, et je demande au tribunal de...
Page 156 - Quant à mon voisin, continuai-je, je l'ai connu à Toulouse il ya plusieurs années ; il est philosophe et a des idées pleines de liberté et de philanthropie; il se nomme Loménie. — C'est un Brienne? — Oui, le neveu du cardinal qui a convoqué les états généraux et établi par une loi la liberté absolue de la presse.
Page 218 - L'AN mil sept cent quatre-vingt-treize deuxième de la République Française, Le dix-sept juillet six heures et demie du soir, A la requête du citoyen Accusateur Public près le Tribunel rciminel extraordinaire et révolutionnaire, établi à Paris par la Loi du 10 mars 1793, sans aucun recours au Tribunal de Cassation, lequel fait élection de domicile au Greffe...
Page 156 - ... députés et quelques-uns de mes parents et de mes amis ; il y consentit après beaucoup d'instances : c'était, en effet, un homme morose et mélancolique autant qu'ombrageux et défiant. Je le pris au sortir de l'Assemblée; nous allâmes chez le restaurateur Méot. Nous étions dix députés ou externes ; le repas fut assez gai ; mais Robespierre ne dit rien. Cependant après le repas, il se dérida un peu et me demanda le nom de mon oncle et de la personne qui était près de moi. — Mon...
Page 229 - S'il est beau de mériter l'estime de ses concitoyens, croyez qu'il est encore plus beau de mériter la clémence de Dieu. Vous avez montré à vos compatriotes à faire le bien : vous leur montrerez comment on meurt quand on a la conscience en paix ' . » Madame de Montmorin , dont presque toute la famille a été mise à mort par la révolution, ne peut se faire à l'idée de l'immolation de son fils ; celui-ci la rassure avec le courage et la tendresse du dévouement filial.

Bibliographic information