Archives historiques et littéraires du Nord de la France et du Midi de la Belgique

Front Cover
Arthur Dinaux, Aimé Nicolas Leroy, André Joseph Ghislain Le Glay
Au Bureau des Archives., 1834 - Belgian literature (French)
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 299 - Ah! s'il me permettait cet horrible entretien, La pâleur de mon front passerait sur le tien. Nos mains se sécheraient en touchant la couronne , Si nous savions, mon fils, à quel titre il la donne. Vivant , du rang suprême on sent mal le fardeau : Mais qu'un sceptre est pesant quand on entre au tombeau.
Page 419 - ... adorer et servir. Puis faisoit par « chacun d'eux baiser son derrière, et puis il bailloit à chacun un peu d'argent, et fina...
Page 440 - V. built a chateau —' un moult notable manoir,' called the Chateau de la Beaute'—where he died (1380); it was destroyed in the xvi. c. In 1721 the painter Antoine Watteau died here, saying to the cur£ of Nogent, who held a common crucifix before his closing eyes, ' Otez-moi cette image! Comment un artiste at-il pu rendre si mal les traits d'un Dieu ?
Page 231 - JHESUS MARIA. Hault et redoublé prince, duc de Bourgoingne, Jehanne la Pucelle vous requiert de par le Roy du ciel, mon droicturier et souverain seigneur, que le roy de France et vous, faciez bonne paix ferme, qui dure longuement. Pardonnez l'un à l'autre de bon cuer, entièrement, ainsi que doivent faire loyaulx chrestians; et s'il vous plaist à guerroier, si alez sur les Sarrazins.
Page 231 - Jhesus, Roy du ciel et de tout le monde, mon droicturier et souverain seigneur. Et vous prie et requiers à...
Page 36 - Essai historique et philosophique sur les noms d'hommes, de peuples et de lieux considérés principalement dans leurs rapports avec la civilisation, par Eusèbe Salverte.
Page 156 - Le sujet est tiré de l'histoire des guerres de Charles Martel et de son fils le roi Pépin , contre les Sarrasins et d'autres peuples infidèles ; il est écrit en vers de dix syllabes , par tirades plus ou moins longues sur une seule et même rime que le poète suit et conserve tant qu'elle peut lui fournir. Quoique plein de récits fabuleux que...
Page 299 - D'un poids fatal mon cœur est oppressé.... Voilà d'horribles mains.... Eh quoi! ce sang versé Ne se taira donc plus ! sous ces voûtes impies Je crois que la vengeance a posté les Furies. Duncan me suit partout, il me glace d'effroi. Mort pour tout l'univers, il est vivant pour moi. Ah ! quand son fils repose, égaré, solitaire, Le sommeil pour jamais a fui de ma paupière : Et je l'invoquerais par des vœux superflus ! Duncan m'a dit tout bas : « Tu ne dormiras plus.
Page 139 - Quoi qu'il en soit , nous ne pouvons nous empêcher de remarquer que cette petite pastourelle est contée avec grâce et adresse , et qu'elle est une peinture fidèle, quoiqu'un peu crue, des mœurs du tems et de l'abus que la chevalerie fesait souvent de sa force et de son pouvoir, lorsqu'elle n'était pas occupée à redresser les torts...
Page 299 - ... cœur, et, se jetant aux pieds de sa mère évanouie , il lui dit ces deux vers qui renferment une inépuisable pitié : Votre crime est horrible, exécrable, odieux; Mais il n'est pas plus grand que la bonté des cieux.

Bibliographic information