Dictionnaire généalogique des familles canadiennes depuis la fondation de la colonie jusqu'à nos jours: v. 1. 1608-1700. [A-Z

Front Cover
E. Senécal, 1887 - Canada
1 Review
 

What people are saying - Write a review

User Review - Flag as inappropriate

This is actually volume 3.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 30 - Lotbinière, ensemble les aines de ses enfants et descendants mâles, nés et à naître en légitime mariage ; leur permettons de se dire et qualifier marquis en tous actes et endroits, tant en jugement que hors jugement sans qu'ils soient tenus d'affecter ce titre à aucune terre ni d'en faire ériger pour cet effet en marquisat : de quoi Nous les avons dispensés et dispensons, à condition que le dit titre et qualité relèvera de Nous et de Nos successeurs Rois.
Page 30 - Lotbinière prouvait cinq filiations ds noblesse sans dérog^ance ; qu'il était issu d'uue des familles françaises les plus distinguées et les plus anciennement établies dans le Canada ; qu'elle ya possédé les premières places dans l'état ecclésiastique, le militaire et le civil ; que le sieur Michel Chartier de Lotbinière lui-même y avait servi avec distinction ; qu'ayant été reçu cadet dans les troupes de la marine en 1736 et enseigne en 1742, il avait fait la campagne de l'Acadie...
Page 30 - ... eut obtenu la restitution de ses biens , que malgré la modicité de sa fortune, le dit sieur Chartier de Lotbinière, n'écoutant que son zèle pour son ancienne patrie, avait abandonné au commencement des troubles de l'Amérique, cette pension, tous ses droits, et s'était transporté en France pour y offrir des services qu'il a rendus avec un désintéressement et une fidélité dont il ya peu d'exemples...
Page 30 - Lotbiniere lui-même y avait servi avec distinction ; qu'ayant été reçu cadet dans les troupes de la marine en 1736 et enseigne en 1742, il avait fait la campagne de l'Acadie en 1746; qu'après avoir été nommé l'un de Nos ingénieurs en 1755 et employé en chef en cette qualité, il avait servi constamment sous les ordres des sieurs de...
Page 30 - Saint-Louis ; que — 187 — depuis cette époque il s'était voué avec la plus grande générosité et le plus grand désintéressement aux intérêts de sa patrie ; qu'après la reddition du Canada, ayant été forcé de se transporter à Londres pour y réclamer des concessions à lui accordées par le feu Roi, dans ce pays, le gouvernement anglais trouva sa réclamation si juste qu'il lui fit une pension de 400 guinées jusqu'à ce qu'il...
Page 30 - Lotbinière, le rend susceptible aux distinctions réservées à l'ancienne noblesse ; voulant d'ailleurs récompenser ses services militaires, ceux de ses ancêtres, le sacrifice qu'il a fait de sa fortune, et de sa famille, enfin son dévouement pour son ancienne patrie.

Bibliographic information