La station du Levant, Volume 2

Front Cover
E. Plon et cie, 1876 - French - 356 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 299 - ... cours des événemens a ramenées à la barbarie, chacun est tenté de s'assigner brutalement son rang et ses prérogatives; c'est déjà quelque chose que d'y marquer la limite des pouvoirs et d'y régler les questions d'étiquette. Pierre II fut pour le Monténégro ce qu'avait été pour l'Aragon don Pedro le Cérémonieux. Il était réservé au successeur qu'il s'était choisi de compléter son œuvre par des mesures plus essentielles encore. Ce successeur, le prince Danilo Ier, était un...
Page 322 - ... parents les plus proches, comme le veut notre sainte religion orientale , sera poursuivi comme malfaiteur et ravisseur des enfants d'autrui ; il ne lui sera plus permis de demeurer dans notre pays; ses biens seront saisis et divisés, comme ceux de quiconque tue volontairement un homme.
Page 258 - Que les troupes françaises quitteront la Morée dès que l'armée d'Ibrahim-Pacha se sera rembarquée ; mais que si les forces de ce chef opéraient leur retraite par terre, un corps d'observation pourrait être laissé vers l'isthme de Corinthe pour empêcher leur retour dans la Péninsule.
Page 207 - Français qui survivaient encore à se jeter à la mer ; puis, me serrant la main : — Adieu, pilote, dit-il, je vais tout finir. — Peu de secondes après, l'explosion eut lieu, et je sautai en l'air. » Plus heureux que son capitaine , broyé par l'explosion , Trémintin fut jeté sans connaissance sur le rivage. Il avait un pied fracassé. Quatre matelots français s'étaient jetés à la mer; ils arrivèrent à terre sans blessures. Le lendemain, on retrouva gisants sur le rivage les corps...
Page 130 - Jbornes à ma confiance. Je ne crois pas pouvoir vous donner une plus grande preuve de mon estime que de remettre entièrement à votre sagesse le soin d'arrêter les stipulations nécessaires.
Page 339 - L'histoire ne nous offre que trop d'exemples de ces désastreux effacements ; mais l'histoire nous apprend aussi que ces nations peuvent renaître du moindre germe, lorsqu'elles ont conservé le respect de leur langue, la mémoire des hauts faits du passé, et cette dernière étincelle de vie, la foi religieuse, capable à elle seule de tout féconder. • S 1".
Page 258 - Mais que des événements récents avaient changé l'état des choses; que les forces navales qu'on avait cru suffisantes pour obliger Ibrahim-Pacha à se retirer de la Morée, n'avaient, par suite de circonstances particulières, pu obtenir cet heureux résultat; que ce chef se maintenait dans ses positions militaires, et bravait les efforts des Grecs, trop faibles même pour inquiéter ses troupes employées dans le pays à enlever et transporter les récoltes; que le comte Capodistrias sollicitait...
Page 206 - En un instant, malgré tous nos eflorts, malgré ceux de notre brave capitaine, plus d'une centaine de Grecs furent sur notre pont. Une grande partie s'affala aussitôt dans la cale pour piller. Je combattais à tribord, près du capot de la chambre. Le capitaine avait été repoussé du gaillard d'avant. Il vint à moi tout couvert de sang et me dit : — Ces brigands sont maîtres du navire; la cale et le pont en sont remplis. C'est le moment de terminer l'affaire.
Page 102 - ... l'avaient déterminé à se porter au secours d'Athènes. irréguliers. Avec nous, au contraire... le succès me paraîtrait certain. Je ne vois pas aussi clair, si l'on attaque sans nos tacticos les Turcs retranchés... Heureusement, Karaïskakis est prudent. Il n'ignore pas que son armée est la dernière espérance de la Roumélie. Il me trouvera toujours zélé, quoiqu'il se soit laissé entraîner par quelques coquins à de fausses idées sur mon compte... » Le vaillant chef des réguliers...
Page 203 - Les bâtiments de guerre des puissances alliées auront partout l'ordre de les arrêter. Il ne vous reste aucun prétexte pour tolérer de pareils armements. L'armistice de mer se trouve établi de fait du côté des Turcs ; leur flotte n'existe plus. Prenez garde à la vôtre, car nous la détruirons, s'il le faut, comme nous avons détruit la flotte d'Ibrahim. Quant au tribunal des prises que vous avez institué, nous le déclarons dès aujourd'hui incompétent pour juger aucun de nos bâtiments...

Bibliographic information