Œuvres complètes de F. de La Mennais, Volume 6 (Google eBook)

Front Cover
P. Daubrée et Cailleux., 1837 - Philosophy
0 Reviews
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Popular passages

Page 125 - La force est une puissance physique ; je ne vois point quelle moralité peut résulter de ses effets. Céder à la force est un acte de nécessité , non de volonté; c'est tout au plus un acte de prudence.
Page 128 - Sitôt qu'on peut désobéir impunément, on le peut légitimement ; et puisque le plus fort a toujours raison, il ne s'agit que de faire en sorte qu'on soit le plus fort.
Page 47 - Confonds dans ses conseils une reine cruelle. Daigne, daigne, mon Dieu, sur Mathan et sur elle Répandre cet esprit d'imprudence et d'erreur, De la chute des rois funeste avant-coureur!
Page 162 - on lui a supposé, contre la vérité, que j'ai contrevenu à l'engagement pris par la lettre que j'écrivis à son prédécesseur ; car je n'ai obligé personne à soutenir contre sa propre opinion les propositions du clergé de France.
Page 261 - Lorsque le ministre d'un culte, sous quelque prétexte que ce soit, se permettra de refuser son ministère pour l'inhumation d'un corps, l'autorité civile, soit d'office, soit sur la réquisition de la famille, commettra un autre ministre du même culte pour remplir ces fonctions ; dans tous les cas, l'autorité civile est chargée de faire porter, présenter, déposer et inhumer les corps.
Page 9 - ... et laisser la leur dans une si scandaleuse incertitude? On leur demande si Jésus-Christ est Dieu, ils n'osent répondre; on leur demande quels mystères ils admettent, ils n'osent répondre.
Page 160 - Malheur à ceux qui la troublent, ou qui se mêlent dans cette céleste administration, ou qui osent en usurper la moindre partie ! C'est une injustice inouïe de vouloir profiter des dépouilles de cette épouse du Roi des rois, à cause seulement qu'elle est étrangère, et qu'elle n'est pas armée. Son Dieu prendra en main sa querelle, et sera un rude vengeur contre ceux qui oseront porter leurs mains sacrilèges sur l'arche de son alliance.
Page 40 - ... à chercher. Je la trouvai dans notre ordre social, qui, de tout point contraire à la nature que rien ne détruit, la tyrannise sans cesse, et lui fait sans cesse réclamer ses droits. Je suivis cette contradiction dans ses conséquences, et je vis qu'elle expliquait seule tous les vices des hommes et tous les maux de la société.
Page 425 - Dieu, et se connoître lui-même, et connoître, par conséquent , les rapports nécessaires qui l'unissent à Dieu et aux autres hommes , et qui dérivent de la nature de l'homme et de la nature de Dieu. Autrement il...
Page 267 - Nous l'avons entendue parmi nous, et de même qu'à l'origine, elle a inspiré un effroi profond à certains nommes habitués à appeler mal ce qui est bien , et bien ce qui est mal , et qui redoutent la vérité comme une vengeance? Ils ont vu les inimitiés s'apaiser , la concorde renaître avec la foi , le désordre et l'impiété fuir devant quelques prêtres , et ils ont frémi. Menacés de la lumière, et...

Bibliographic information