Œuvres complètes, Volume 4

Front Cover
J. B. Baillière, 1844 - Medicine, Greek and Roman
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 641 - Je passerai ma vie et j'exercerai mon art dans l'innocence et la pureté. Je ne pratiquerai pas l'opération de la taille, je la laisserai aux gens qui s'en occupent. Dans quelque maisons que j'entre, j'y entrerai pour l'utilité des malades , me préservant de tout méfait volontaire et corrupteur, et surtout de la séduction des femmes et des
Page 497 - VI, 7). 11. Quant aux saisons, si l'hiver est sec et boréal, et le printemps pluvieux et austral, nécessairement il surviendra pendant l'été des fièvres aiguës, des ophthalmies et des dysenteries, surtout aux femmes, et, parmi les hommes, à ceux dont la constitution est humide (Des airs, des eaux, etc., t.
Page 542 - ou une suppuration quelconque, ou un épanche5.Si un homme ivre perd subitement la voix , il meurt dans les spasmes, à moins que la fièvre ne survienne, ou que, atteignant l'heure où l'ivresse se dissipe d'ordinaire , il ne recouvre la parole. 6. Ceux qui sont pris de tétanos meurent en quatre jours; s'ils dépassent ce ternie , ils guérissent.
Page 525 - la longueur de la maladie (Coa. 562). 38. Dans le corps, là où est de la sueur, là est la maladie. 39. Dans le corps, là où est de la chaleur ou du froid , là est la maladie. 40. Et lorsque dans le corps entier surviennent des changements , tels que passages
Page 674 - le doux, l'acide, l'acerbe, l'insipide, et mille autres principes dont les propriétés varient à l'infini par la quantité et par la force. Ces choses, mêlées ensemble et tempérées l'une par l'autre, sont à l'état latent et ne causent pas de souffrances ; mais si l'une d'elles se sépare et s'isole du reste, alors elle devient
Page 672 - savait au juste ce qu'il fallait pour conserver seulement le corps en bon état ou pour traiter un malade, pour former un militaire ou pour faire un athlète, et, en particulier, un lutteur, un coureur, un sauteur, un pugiliste. Une classe d'hommes, les maîtres des gymnases, étaient exclusivement adonnés à la culture de cet art ', auquel les médecins
Page 671 - phénomènes seraient, par leur nature, immédiatement applicables à la vraie théorie du perfectionnement systématique des espèces vivantes, y compris même l'espèce humaine '. » Dans cette branche de la physiologie , une anatomie avancée est bien moins nécessaire ; aussi, là, Hippocrate possédait des connaissances très-étendues. Nous savons, par son traité Des
Page 547 - il produit des frissons fébriles, des spasmes et des tétanos. 21. Il est cependant des cas où, dans un tétanos sans plaie, chez un jeune homme bien en chair, au milieu de l'été, une abondante affusion d'eau froide rappelle la chaleur ; or, la chaleur dissipe les affections de ce genre.
Page 641 - libres ou esclaves. Quoi que je voie ou entende dans la société pendant l'exercice ou même hors de l'exercice de ma profession, je tairai ce qui n'a jamais
Page 539 - 75. Uriner ( habituellement ) du sang ou du pus indique une ulcération des reins ou de la vessie. 76. Quand dans l'urine épaisse sont rendus de petits filaments de chair comme des cheveux, une telle sécrétion provient des reins. 77. Quand dans l'urine épaisse sont

Bibliographic information