Archives historiques et littéraire du Nord de la France, et de Midi de la Belgique

Front Cover
Aimé Nicolas Leroy, Arthur Dinaux, André Joseph Ghislain Le Glay
Bureau des Archives., 1829 - Belgian literature (French)
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 347 - ... pour y rétablir la constitution que nous avions donnée à la France; réparer, par tous les moyens qui sont en notre pouvoir, les maux de la révolte et de la guerre qui en a été la suite nécessaire ; récompenser les bons, mettre à exécution les lois existantes contre les coupables ; enfin...
Page 355 - Mes sujets ont appris , par de cruelles épreuves, que le principe de la légitimité, des souverains est une des bases fondamentales de l'ordre social , la seule sur laquelle puisse s'établir , au milieu d'un grand peuple , une liberté sage et bien ordonnée.
Page 356 - Français que j'aimerai à choisir ceux qui doivent approcher de ma personne et de ma famille. . . Je ne veux exclure de ma présence que ces hommes dont la renommée est un sujet de douleur pour la France , et d'effroi pour l'Europe.
Page 96 - Manuel Tironien , ou Recueil d'abréviations faciles et intelligibles de la plus grande partie des mots de la langue française, 1776 , in-8°.
Page 355 - Mon gouvernement devait faire des fautes ; peut-être en at-il fait. Il est des temps où les intentions les plus pures ne suffisent pas pour diriger, où quelquefois même elles égarent : l'expérience seule pouvait avertir ; elle ne sera pas perdue.
Page 356 - France; chaque jour me révèle un désastre nouveau. Je dois donc, pour la dignité de mon trône, pour l'intérêt de mes peuples, pour le repos de l'Europe, excepter du pardon les instigateurs et les auteurs de cette trame horrible. Ils seront désignés à la vengeance des lois par les deux Chambres, que je me propose d'assembler incessamment.
Page 354 - Les portes de mon royaume viennent enfin de s'ouvrir devant moi , j'accours , j'accours pour ramener mes sujets égarés , pour Adoucir les maux que j'avais voulu prévenir, pour me placer une seconde fois entre les armées alliées et les Français, dans l'espoir que les égards dont je peux être l'objet , tourneront à leur salut. C'est la seule manière dont j'ai voulu prendre part à la guerre. Je n'ai pas permis qu'aucun prince de ma famille parût dans les rangs des étrangers , et j'ai enchaîné...
Page 356 - ... l'étranger dans le cœur de la France; chaque jour me révèle un désastre nouveau. Je dois donc, pour la dignité...
Page 355 - ... et assurée de mon conseil garantisse tous les intérêts et calme toutes les inquiétudes. On a parlé, dans les derniers temps, du rétablissement de la dîme et des droits féodaux. Cette fable , inventée par l'ennemi commun, n'a pas besoin d'être réfutée.
Page 495 - J'arrive maintenant à la ville où le cœur m'a le plus saigné ; car, si je suis parvenu à obtenir une espèce de trêve des démolisseurs, je n'en ai pas moins trouvé le terrain déjà couvert d'un monceau de décombres et les pierres tombant encore devant mes yeux. Cette ville, c'est...

Bibliographic information