Annuaire historique du departement de l'Yonne, Volume 17

Front Cover
Ch. Milon, 1853
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 189 - Louis IX paraissait un prince destiné à réformer l'Europe, si elle avait pu l'être ; à rendre la France triomphante et policée , et à être en tout le modèle des hommes. Sa piété, qui était celle d'un anachorète, ne lui ôta aucune vertu de roi. Une sage économie ne déroba rien à sa libéralité. Il sut accorder une politique profonde avec une justice exacte ; et peut-être...
Page 284 - Cependant la Gaule entière, mais surtout les provinces belgiques, étaient dans l'épouvante. Tout fuyait ou se disposait à fuir devant cette tempête de nations que précédait l'incendie et que suivait la famine. Chacun se hâtait de mettre ses provisions, son or, ses meubles à l'abri ; les habitants des petites villes couraient se renfermer dans les grandes sans y trouver plus de sécurité; les habitants de la plaine émigraient vers la montagne; les bois se peuplaient de paysans qui s'y disputaient...
Page 187 - la mort de Clément (1268), l'affaire restait encore indécise : elle ne se termina que sous Grégoire X, son successeur, qui leva les défenses et fit jouir Girard de Rampillon de tous ses droits, et même des fruits acquis depuis sa nomination. • Particularité curieuse ! Clément IV, au milieu de ses dissentiments Les plus vifs avec le roi de France, avait pour lui des retours de défé• rence et de courtoisie.
Page 189 - ... en tout le modèle des hommes. Sa piété, qui était celle d'un anachorète, ne lui ôta aucune vertu de roi. Une sage économie ne déroba rien à sa libéralité. Il sut accorder une politique profonde avec une justice exacte, et peut-être est-il le seul souverain qui mérite cette louange. Prudent et ferme dans le conseil , intrépide dans les combats, sans être emporté, compatissant comme s'il n'avait jamais été que malheureux, il n'est pas donné à l'homme de pousser plus loin la...
Page 184 - Il ne nous parait d'aucune importance non plus de retracer les vives discussions wir l'authenticité du corps découvert par les moines de Vézelay, et de rappeler les prétentions qu'eurent un peu plus tard les frères Prêcheurs ou Dominicains de Provence, de posséder le véritable corps de sainte Madelaine. De cette polémique, qui fut ardente, naquit plus d'un doute ; et une saine critique prouva que les précieux restes de celle dont l'amour pour notre Seigneur purifia la vie, ne se trouvaient...
Page 181 - Nous ne décrirons pas les fêtes qui suivirent ce mariage. Elles furent splendides. Louis IX qui, dans tout le cours de sa vie privée, pratiqua l'économie, se montra généreux et magnifique. Il en coûta au trésor royal 300 mille francs environ de notre monnaie actuelle. C'était bien quelque chose ! Et pourtant, de nos jours, tant paraissent faciles les dépenses , les ordonnateurs de nos fêtes publiques seraient sans doute fort tentés d'accuser de parcimonie les libéralités du grand et...
Page 179 - ... plus appelés à prendre part au gouvernement de l'Etat ; si Sens ne voit plus ses archevêques s'asseoir dans le conseil des rois, du moins ceux de nos jours — et vous en avez une preuve qui vous est bien chère — ont retenu de leurs puissants devanciers les plus précieux privilèges : la piété qui édifie, cette sévère régularité de mœurs qui commande le respect ; une charité qui fait bénir leur saint ministère ; et enfin cet amour des sciences et des lettres, qui, en les honorant,...
Page 184 - Cantorbéry, quoique l'Eglise vînt à peine de l'inscrire au nombre de ses saints ; cette cérémonie, nous l'avons décrite ailleurs, et nous ne saurions nous y arrêter sans sortir d'un cadre que déjà nous n'avons que trop agrandi. Mais ce n'est point, pensons-nous, en franchir les limites, que d'ajouter aux pieux itinéraires de saint Louis, le voyage qu'il fit dans cette contrée, toujours comme les précédents, dans un but religieux. En 1267, se fit à Vézelay, pour employer l'expression...
Page 185 - En 12M, il fait une grave maladie; il échappe au danger; mais à peine at-il recouvré la santé, que sa piété s'exalte, s'enflamme en apprenant les progrès des infidèles et en voyant le tombeau du Christ livré à leurs profanations. Il rêve une croisade, il veut l'entreprendre, il l'organise malgré les sages conseils de sa mère dont il méconnaît les avis prophétiques. Il veut entraîner dans cette expédition tous les princes de la chrétienté, ses grands vassaux, ses peuples. Hommes,...
Page 183 - ... défaut du remboursement dont elle était la garantie, Nicolas Quirino allait la revendiquer, s'en saisir et l'emporter à Venise. C'est alors que Baudoin offrit au roi de France de lui abandonner la couronne d'épines. Louis IX accepte avec bonheur cette proposition, paya la somme due à Quirino, et la sainte couronne fut rapportée en France par Gaultier, archevêque de Sens. et par Bernard, évéque d'Annecy. C'est le 10 août 1239 que Louis, suivi de toute sa cour et d'un nombreux clergé,...

Bibliographic information