Histoire militaire du Piémont, Volume 2

Front Cover
P.J. Pic, 1818 - Piedmont (Italy)
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 36 - Francfort sur l'Oder, et menacèrent Berlin. Pour arrêter leurs progrès, le roi se mit à la tête de tout ce qu'il put rassembler de troupes, et vint les attaquer, le 12 août, auprès de Kunnersdorff, proche Francfort sur l'Oder.
Page 329 - Genevois, se rendit à discrétion le 22 août, après trois jours de feu ; la garnison obtint de se retirer à Genève, et monsieur de SaintTrivier prit possession du fort ; mais une mine qui éclata au moment de son entrée lui tua quatre-vingt hommes : soit que ce malheur fût l'effet du hasard , comme on serait porté à le croire , soit qu'il ait été l'ouvrage de la trahison , ainsi qu'on se le persuada , le duc de Savoie fit poursuivre la garnison •avec ordre de la ramener prisonnière;...
Page 355 - Mons ; et à peine commençaient-elles à tirer , que les assiégés demandèrent à capituler; mais on refusa.de les entendre ; les portes de la ville furent enfoncées à coups de canon , et le vainqueur y entra le feu et le fer à la main: douze des principaux habitans qui avaient appelé les troupes de La-Vallette furent pendus , et trente autres envoyés aux galères : les places voisines de Mons s'empressèrent d'envoyer leurs di'pulés au camp des Piémonlais (i) : le duc de <o tupi..
Page 203 - An i555. de leur indiscipline , el il dut signer une capitulation portant, que la garnison sortirait avec les honneurs de la guerre...
Page 81 - Robertson (2) , qu'au grand scandale de toute la chrétienté on vit les lis de France et le croissant de Mahomet s'unir contre une forteresse où la croix de Savoie était arborée. L'Europe entière regarda cette alliance avec indignation. Montluc et son frère l'évêque de Valence cherchèrent seuls à la justifier. L'empereur n'eut pas alors à s'applaudir d'avoir empêché la fortification du port de Villefranche , où l'ennemi débarqua vingt mille hommes, Bo^nfuTT.
Page 507 - ... son armée, suivi seulement de cent cinquante hommes à cheval, et de quatre cents mousquetaires; l'on pressa le pas , et l'on atteignit enfin la colonne ennemie , au moment où elle en était venue aux mains avec le baron de Perrière...

Bibliographic information