Œuvres complètes de F. de La Mennais, Volume 7

Front Cover
P. Daubrée et Cailleux., 1837 - Philosophy
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents


Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 115 - Oui, je vous le dis, tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans le ciel et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans le ciel.
Page 178 - Nous déclarons en conséquence que les Rois et les Souverains ne sont soumis à aucune puissance ecclésiastique par l'ordre de Dieu dans les choses temporelles ' ; qu'ils ne peuvent être déposés ni directement ni indirectement par l'autorité des chefs de...
Page 238 - Reste donc la religion de l'homme ou le christianisme, non pas celui d'aujourd'hui, mais celui de l'Évangile, qui en est tout à fait différent. Par cette religion sainte, sublime, véritable, les hommes, enfants du même Dieu, se reconnaissent tous pour frères, et la société qui les unit ne se dissout pas même à la mort.
Page 237 - Il n'ya pas de neutralité possible entre le vrai et le faux, entre le bien et le mal, entre la santé et la maladie, entre l'ordre et le désordre, entre la France, et l'Anti-France.
Page 116 - Pierre , et sur cette pierre je bâtirai mon église, et les portes de l'enfer ne prévaudront pas contre elle, et je te donnerai les clefs du royaume des eieux, et tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié dans le Ciel (Ap.
Page 115 - Toute puissance m'a été donnée dans le ciel et sur la terre, allez donc et enseignez toutes les nations, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit...
Page 295 - Point de christianisme , point de religion , au moins pour tout peuple qui fut chrétien , et par conséquent point de société , 141 CHAP.
Page 243 - C'est une espèce de théocratie, dans laquelle on ne doit point avoir d'autre pontife que le prince, ni d'autres prêtres que les magistrats. Alors mourir pour son pays, c'est...
Page 33 - ... justes. On ne saurait pousser plus loin le mépris de Dieu et des hommes; et cependant telles sont les conséquences naturelles et nécessaires du système de la vérité légale : il est impossible de s'en relever, dès qu'on admet le principe.
Page 33 - Il ya autant de vérités que de religions d'État : hien plus, si, dans chaque État et sous le même méridien, la loi politique change, la vérité, compagne docile, change avec elle. Et toutes ces vérités contradictoires entre elles, sont la vérité au même titre, la vérité immuable et absolue, à laquelle, selon votre loi, il doit être satisfait par des supplices qui, toujours et partout, seront également justes.

Bibliographic information