Souvenirs historiques de la marquise Constance d'Azeglio, tirés de sa correspondance avec son fils Emmanuel, avec l'addition de quelques lettres de son mari le marquis Robert d'Azeglio, de 1835 à 1861

Front Cover
Emanuele Marquis TAPPARELLI D'AZEGLIO
1884 - 682 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page xi - ... personne imagine que vous ayez cette « bonne opinion , quand bien même vous la méri« teriez. « Soyez très-convaincu, mon cher fils, que dès que « vous paraîtrez occupé de votre mérite, les autres ne « seront occupés qu'à le rabaisser; et si vous voulez « réussir, faites bien, faites-le constamment; ne vous « en glorifiez jamais; ayez la force d'être satisfait du « témoignage intérieur de votre conscience, et cher« chez sans affectation à faire valoir ce que les autres
Page 668 - ... et méprisée, aimée et haïe, elle ne se démentit jamais. Quoique sensible à l'ingratitude et aux outrages de ses créatures , elle ne s'en servit que pour s'humilier, et pour mettre toute sa confiance en Dieu, qui sait tirer le bien du mal, et la lumière des ténèbres.
Page 594 - Jamais l'Angleterre ne pourra s'associer à un si mauvais arrangement. Au contraire nous pourrions croire de notre devoir de protester hautement et en face de l'Europe contre un pareil asservissement des peuples de l'Italie. L'Autriche devrait au contraire être strictement exclue de toute ingérence politique ou militaire en dehors de ses frontières. Et si cela n'est pas fait, rien n'est fait et tout sera à reccomencer en fort peu de tems.
Page 537 - CIotilde auquel on avait d'abord peine à croire. Ce mariage a soulevé d'abord une opposition générale dans toutes les classes de la population. La noblesse l'a manifestée en n'allant point à la première illumination du théâtre et au bal Cavour. Cette démonstration faite, on a dit qu'on ne voulait point bouder le Roi et encore moins la Princesse qu'on aime beaucoup et on a été en foule au théâtre et à la Cour.
Page 530 - dans cette Chambre, les partis sont fractionnés. Ils s'entendent aux extrémités pour de certaines questions et surtout pour combattre le Ministère, ils se divisent sur le fond de ces mêmes questions. Il n'ya pas de majorité positive et on pense que le tout finira par la dissolution. Les gauches sont toujours les...
Page 629 - Camille ya mis du sien. Mais c'est le Roi qui a voulu dire qu'il ne relevait que de Dieu et de son peuple et il l'a dit avec énergie.
Page 445 - Turin et a donné à penser. Maintenant Camille dit tantôt qu'il va soutenir le Ministère et défendre ses lois à la Chambre, tantôt qu'il ira dans ses rizières , puis à Genève , puis à Londres. Je ne sais quelle est la bonne version. Hier j'ai reçu une lettre de Toscane. On y était dans le plus grand émoi sur ce qui se passait ici.
Page 594 - Italienne toute l'Italie est livrée pieds et poings liés à la merci de l'Autriche. Jamais l'Angleterre ne pourra s'associer à un si mauvais arrangement. Au contraire nous pourrions croire de notre devoir de protester hautement et en face de l'Europe contre un pareil asservissement des peuples de l'Italie. L'Autriche devrait au contraire être strictement exclue de toute ingérence politique ou militaire en dehors de ses frontières. Et si cela n'est pas fait, rien n'est fait...
Page 327 - Roberto d'Azeglio, scriveva al figlio Emanuele : » Des corps entiers, entr'autres la brigade de Savoie, ont déclaré qu'ils ne passeraient pas le Tessin, à moins qu'il ne fût question d'attaquer les fratelli Lombardi qu'ils accusent de faire payer jusqu'à l'eau qu'ils boivent, de ne rien faire d'utile et de les recevoir à coup de fusil » (317). Il Gioberti stesso si era reso conto che l'esercito non sarebbe stato molto facile da governare.
Page 418 - Aujourd'hui, 8 mai, Cavour doit faire à la Chambre sa terrible exposition financière qui tient justement en émoi tout le pays, car on dit qu'elle sera épouvantable.

Bibliographic information