Annales de la propagation de la foi, Volume 3

Front Cover
Society for the Propagation of the Faith., 1828
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 370 - ... avec la rapidité et l'explosion de la foudre. Cela arrive quelquefois par l'imprudence ou la malice d'un ouvrier qui veut se suicider en compagnie. Il est de ces puits, d'où l'on ne retire point de sel , mais seulement du feu ; on les appelle puits de feu.
Page 369 - ... mais ces cas sont rares. Quelquefois le gros anneau de fer qui suspend le mouton vient à casser; alors il faut cinq ou six mois pour pouvoir, avec d'autres moutons, broyer le premier et le réduire en bouillie. Quand la roche est assez bonne, on avance jusqu'à deux pieds dans les vingt-quatre 'heures. On reste au moins trois ans pour creuser un puits. Pour tirer l'eau, on descend dans le puits un tube de bambou, long de...
Page 372 - Les mineurs vont à tâtons, s'éclairant avec un mélange de sciure de bois et de résine , qui brûle sans flamme et ne s'éteint pas. En ouvrant les petits puits de sel, ils trouvent quelquefois, à plusieurs centaines de pieds de profondeur, des couches de charbon fort épaisses ; mais ils n'osent pas ouvrir ces grandes mines , parce qu'ils ne savent pas se servir de la poudre pour cet usage , et qu'ils craignent d'y trouver de l'eau en quantité , ce qui rendrait leur travail inutile. «.......
Page 373 - ... un trou avec une aiguille , et l'allument avec une bougie , pour amuser les badauds. Je crois plutôt que c'est un gaz ou esprit de bitume ; car ce feu est fort puant , et donne une fumée noire et épaisse. Les Chinois païens et chrétiens croient que c'est le feu de l'enfer , et ils en ont grand peur. De fait , il est beaucoup plus violent que le feu ordinaire.
Page 369 - ... toute la matinée sur une bascule qui soulève « cet éperon à deux pieds de haut, et le laisse tomber de « son poids. On jette de temps en temps quelques seaux « d'eau dans le trou pour pétrir les matières du rocher « et les réduire en bouillie. L'éperon ou tête d'acier est « suspendu par une bonne corde de rotin, petite comme « le doigt, mais forte comme nos cordes de boyau.
Page 368 - Leur manière de creuser ces puits n'est pas la nôtre. Ce peuple vient à bout de ses desseins avec le temps et la patience, et avec bien moins de dépenses que nous. Il n'a pas l'art d'ouvrir les rochers par la mine , et tous les puits sont dans le rocher. Ces puits ont ordinairement de quinze à...
Page 378 - ... autour ; avec une poignée de paille ils enflamment ce creux, et ils se chauffent de cette manière aussi long-temps que bon leur semble; ensuite ils comblent le trou avec du sable, et le feu est éteint.
Page 455 - ... navires européens sont venus ici pour faire le commerce , et ont laissé des maîtres de la religion européenne dans ce royaume. Ces maîtres ont séduit et perverti le cœur des peuples , et ont altéré et corrompu les mœurs et les coutumes.
Page 368 - Un homme fort, habillé à la légère, monte sur un échafaudage, et danse toute la matinée sur une bascule qui soulève cet éperon à deux pieds de haut , et le laisse tomber de son poids : on jette de temps en temps quelques seaux d'eau dans le trou pour pétrir les matières du rocher et les réduire en bouillie. L'éperon , ou tête d'acier, est suspendu par une bonne corde de rotin, petite comme le doigt, mais forte comme nos cordes...
Page 371 - Pour évaporer l'eau et cuire le gel , on se sert d'une espèce de grande cuvette en fonte , qui a cinq pieds de diamètre, sur quatre pouces seulement de profondeur ( les Chinois ont éprouvé qu'en présentant une plus grande surface au feu , l'évaporation est plus prompte et épargne le charbon ); elle a au moins un pouce d'épaisseur. Quelques autres marmites plus...

Bibliographic information