Correspondance de Napoléon Ier: publiée par ordre de l'empereur Napoléon III.

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 346 - Eu attendant qu'il soit conclu un traité de commerce entre la République française et le Pape , le commerce de la République sera rétabli et maintenu dans les Etats de Sa Sainteté sur le pied de la nation la plus favorisée.
Page 442 - Vienne et des simples et bons habitants de la Carinthie. « Eh bien! malgré l'Angleterre et les ministres de la cour de Vienne, soyons amis. La République française a sur vous les droits de conquête; qu'ils disparaissent devant un contrat qui nous lie réciproquement. Vous ne vous mêlerez pas d'une guerre qui n'a pas votre aveu.
Page 436 - L'Europe, qui avait pris les armes contre la république française, les a posées. Votre nation reste seule, et cependant le sang va couler plus que jamais.
Page 467 - Tout me porte à penser que le moment de la paix est arrivé , et que nous devons la faire dans un moment où nous pouvons dicter les conditions , pourvu qu'elles soient raisonnables. Si l'Empereur nous cède ce qui lui appartient du côté de la rive gauche du Rhin, comme prince de la Maison d'Autriche, et si, comme chef de l'Empire, il reconnaît les limites de la République...
Page 490 - Il faut que les armées du Rhin n'aient point de sang dans les veines : si elles me laissent seul , alors je m'en retournerai en Italie. L'Europe entière jugera la différence de conduite des deux armées : elles auront ensuite sur le corps toutes les forces de l'empereur, elles en seront accablées, et ce sera leur faute.
Page 103 - pas content de vous; vous n'avez montré ni «discipline, ni constance, ni bravoure; aucune « position n'a pu vous rallier; vous vous êtes « abandonnés à une terreur panique. Vous. « vous êtes laissé chasser de positions où une « poignée de braves devait arrêter une armée.
Page 487 - Je leur ai dit que la République Française ne voulait point être reconnue ; elle est en Europe ce qu'est le soleil sur l'horizon: tant pis pour qui ne veut pas la voir et ne veut pas en profiter.
Page 467 - J'espère qu'il arrivera à temps pour ne pas perdre le moment, qui est tout dans les négociations de cette nature. Si, contre mon attente, la négociation ne réussissait pas, je me trouverais embarrassé sur le parti que j'aurais...
Page 499 - Lorsque l'Empereur et nous, de concert, aurons réussi à faire consentir le Sénat à cet échange, il est évident que la République de Venise se trouvera influencée par la République lombarde et à notre disposition. Si cet échange ne s'effectue pas, et que l'Empereur entre en possession d'une partie des États de Venise...

Bibliographic information