La félicité publique considérée dans les paysans cultivateurs &c. leurs propres terres

Front Cover
Fr. Grasset, 1770
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 7 - ... grand feigneur ; il lui eft même bien plus utile , fur-tout fi ce grand eft oifif , ignorant & avare ; le pauvre comme enfant de la patrie fait nombre , il augmente même ce nombre en plus grande proportion que . le riche.
Page 14 - Roi , qui ne doive fon origine à quelque laboureur (*)1, & que tous les defcendans d'Adam ne différent entre eux, qu'en ce que l'un détela fa charrue le matin & l'autre le foir ; il ne s'agit ici que de fon utilité. Les avantages, que procurent à l'Etat les laboureurs , font fi généralement reconnus , & ce...
Page 23 - ... à éviter la fatigue ; ils ne s'occupent , pour ainfi dire , que fous l'œil du maître. L'agriculture ne pourra jamais être en vigueur dans de femblables mains : deux mille payfans ainfi forcés au travail , ne •produiront...
Page 21 - furprenant que ceux qui ne s'occupent toute leur vie que du travail, qui doit nourrir les hommes foient néanmoins les plus mal nourris , & que cette portion d'ouvriers , dont dépend la premiere ffc.
Page 10 - ... fans la liberté : les richefles d'un efclave font comme les grelots d'argent qu'un chien porte à fon cou ; tout appartient au maître. Il eft fupedlu d'entrer dans un plus-.
Page 11 - Souverains doit être comptée parmi les avantages de l'Etat , elle ne peut recevoir un plus brillant éclat, que du don de la liberté. Tout l'univers (*) retentit en faveur de ce bien précieux ; écoutons le cri général...
Page 30 - ... eft le plus libre & le mieux récompenfé, font les plus riches & les plus...
Page 7 - L'expérience de tous les pays nous apprend, que les payfans fe mariant plus jeunes que , les habitans des villes , ils produifent de meilleure heure des enfans & d'une...
Page 11 - L'on gémit, en faifant une comparaifon auffi humiliante pour l'humanité ; mais cependant un vil efclave n'eft plus qu'un animal de charge : l'on ne retire de lui que les fervices matériels que la force de fon corps peut rendre; ne fâchant, n'ofant pas penfer, un ferf n'a pas même le mérite de l'obéiflance.
Page 12 - Rois! vous augmentez votre puiffance de cent mille hommes en un inftant , fi vous rendez la liberté à cent mille efclaves : vous créez , vous formez des êtres 'nouveaux. De toutes les actions humaines, c'eft celle qui vous rapproche le plus d* la divinité.

Bibliographic information