Denkwürdiger und nützlicher rheinischer antiquarius: welcher die wichtigsten und angenehmsten geographischen, historischen und politischen merkwürdigkeiten des ganzen Rheinstroms, von seinem ausflusse in das meer bis zu seinem ursprunge darstellt, Volume 3

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Popular passages

Page 523 - Dinan ou à Cologne lorsque j'aurai permission de prendre un passeport des Espagnols : et ainsi on saura dans cinq jours à Paris que je suis hors du royaume ; et dès à présent on peut assurer que dès samedi ou dimanche matin cela sera , si ce n'est que le maréchal de Turenne me fasse abréger le chemin , étant obligé de passer à trois lieues de Stenay, où nous avons avis qu'il a des troupes avec lui.
Page 336 - Oui, je crains moins la douleur pour moi-même, A tous ses traits je suis prête à m'offrir : Les plus grands maux c'est ceux qu'on voit souffrir A des parens qu'on révère et qu'on aime. De mille maux l'essaim nous accompagne ; Mais sont-ils faits pour un être accompli? Ah ! d'un objet de vertus si rempli Que la santé soit au moins la compagne.
Page 522 - Suisses ont élé maltraités pendant mon administration; et comme on ne leur a pas tenu ce qui leur avoit été promis , et qu'on leur doit des sommes immenses , et qu'ils n'entendent aucune raison où il y va de leurs intérêts, il ya lieu de craindre qu'ils ne s'en prissent à moi , et qu'ils ne voulussent, en m'arrêtant, m'obliger à leur paiement; et ainsi vous jugerez bien si c'est un lieu où je dois être. « Je vous dirai de plus que je suis guetté de tous côtés; et je vois bien que...
Page 523 - Je vous dirai de plus que je suis guetté de tous côtés ; et je vois bien que mes ennemis de Paris y travaillent à bon escient, et qu'ils n'auront point de repos qu'ils ne m'aient achevé tout-à-fait ; et mes amis , contre leur intention, y contribueront, en me pressant sans relâche de sortir du royaume , sans me conseiller ce que je puis faire , ni considérer où je pourrois avoir une apparence de sûreté.
Page 519 - Sou action, qui ne fut pas libre, ne mérita aucune reconnaissance, et chacun demeura étonné de voir que ce ministre, si considérable par le poste qu'il avoit occupé jusqu'alors, eût voulu aller si loin, exprès seulement pour donner la liberté malgré lui à des princes qui étoient en prison par ses conseils. Ayant donc parlé à de Bar, il voulut être le premier qui annonceroit aux princes cette bonne nouvelle; et ne pouvant en cette occasion faire une action de ministre, il en voulut du...
Page 268 - ... question à la fille devant cet homme qu'elle veut épouser ; et si elle persiste dans la même volonté, et que lui aussi déclare la vouloir épouser, le vicaire les marie sur-le-champ sans autre formalité, et de plus sans que la fille puisse être déshéritée. C'est...
Page 322 - C'était un homme de qualité, disait-on mystérieusement ; c'était sans doute un enthousiaste de M. Necker, et c'était infailliblement un homme éperdu d'amour passionné, car la mère et la fille imaginaient toujours que tous les hommes étaient dévorés et consumés d'un ardent amour pour elles. Afin de ne laisser au nouveau soupirant aucune espérance, et pour se délivrer de ses persécutions forcenées , la vertueuse épouse de M. Necker se détermina à donner une audience à cet amant...
Page 271 - ... la feuille de cet arrêt et de la jeter au feu, en sorte que la mémoire en fût à jamais éteinte et abolie. L'officier courut si bien, qu'il arriva à la porte de Tolède au moment même que l'exécuteur de l'arrêt y entroit.
Page 333 - M. Foulon d'Escottiers avait adressé au roi un mémoire dont il était l'auteur, et dans lequel il conseillait et proposait à SM de faire arrêter les principaux députés révolutionnaires. Ce malheureux comte Louis de Narbonne en eut connaissance, et commit l'indiscrétion de le confier à madame de Staël, qui eut l'indignité de le faire dire à Mirabeau.
Page 519 - Reine étant donc arrêtée (l) à Paris, et le cardinal sans autorité au Havre, il lui fallut simplement ouvrir les portes de la prison des princes ; et il vit sans doute avec peine que son voyage n'auroit point d'autre succès que celui de servir, par sa présence, à l'augmentation du triomphe de ses ennemis. Son action, qui ne fut (I) Alors ma sœur prit l'habit de religieuse RU couvent de SainkMarie de la rue Sainte-Antoine.

Bibliographic information