Journal des gourmands et des belles, ou, L'épicurien français, Volume 8

Front Cover
Capelle et Renand, 1807 - Gastronomy
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 226 - Se recruter de jour en jour ! Francs buveurs que Bacchus attire Dans ces retraites qu'il chérit. Avec nous venez boire et rire : Plus on est de fous (fit's) , plus on rit (qwiier).
Page 193 - Je bois mon saoul quand j'ai fait mes affaires. — Le mien, dit l'autre est encor plus certain, Et je ne sais de quoi tu t'inquiètes : Quand je me suis enivré le matin, Pour tout le jour mes affaires sont faites...
Page 227 - ... tarit, Au lieu de quinze j'en vois trente!... Plus on est de fous, plus on rit. Si j'avais une salle pleine Des vins choisis que nous sablons , Et grande au moins comme la plaine De Saint-Denis ou des Sablons , Mon pinceau , trempé dans la lie , Sur tous les murs aurait écrit : « Entrez, enfants de la folie... « Plus on est de fous, plus on rit. « Entrez , soutiens de la sagesse , « Apôtres de l'humanité ; « Entrez, amis de la richesse; « Entrez , amants de la beauté ; « Entrez ,...
Page 226 - Ma règle est plus douce et plus prompte Que les calculs de nos savants ; C'est le verre en main que je compte Mes vrais amis, les bons vivants...
Page 227 - Puisque notre vie a des bornes, Aux enfers un jour nous irons , Et , malgré le diable et ses cornes , Aux enfers un jour nous rirons.. L'heureux espoir!... que vous en semble? Or, voici ce qui le nourrit : Nous serons là-bas tous ensemble... Plus on est de fous , plus on rit.
Page 194 - Châteaubrun, auteur de plusieurs pièces de théâtre, était maître d'hôtel du duc d'Orléans. Après un repos de quarante ans , il reparut sur la scène en donnant sa tragédie des Troyennes, dans laquelle un Troyen vient se jeter aux genoux du vainqueur, pour lui exposer la misère de sa patrie, et lui demander du pain. « J'aurais été bien surpris , — dit alors un plaisant du parterre, si l'on n'avait pas parlé de manger dans une pièce faite par un maître d'hôtel.
Page 64 - Bon estomac d'un grand cœur Est inséparable ; Pour théâtre à des exploits Moins brillants, mais plus courtois, Un héros choisit parfois Le lit et la table. Sans profaner des Latins La langue admirable , Imitons de leurs festins L'ordonnance aimable : Ce peuple s'y connaissait, Et savait ce qu'il faisait Lorsqu'ensemble il unissait Le lit et la table.
Page 74 - Travaille, bon drille ; Vendange, grapille ; Pour tous les deux il vendangit... Je n' sais comment ça se fit. Pour tous les deux il vendangit ; Je n' sais comment ça se fit ; Si bien de la serpe il agit ; Travaille, bon drille ; Vendange, grapille; Que mon panier plein se trouvit... Je n
Page 216 - ... sentir jusqu'au milieu des ondes , y ranime le sentiment le plus actif , et que le besoin de pondre ou de féconder ses œufs le presse et l'aiguillonne, il s'engage alors dans presque tous les grands fleuves; il remonte particulièrement dans le Volga , le Tanaïs , le Danube, le Pô, la Garonne , la Loire , le Rhin, l'Elbe et l'Oder.

Bibliographic information