Grammaire de la langue d'oïl: ou, Grammaire des dialectes français au XIIe et XIIIe siècles, suivie d'un glossaire contenant tous les mots de l'ancienne langue qui se trouvent dans l'ouvrage, Volume 3

Front Cover
W. Weber; Paris, C. Reinwald, 1870 - French language
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page v - L'ancienne principauté de Montbéliard, p. ex., dont le patois présente tant de particularités remarquables , n'a pas encore son dictionnaire. Je serais heureux, si ces lignes et les citations que j'ai faites dans mon Glossaire décidaient un de mes compatriotes à entreprendre cette tâche méritoire.
Page 221 - Lige 1, 124. 147. L'homme lige était celui qui s'était obligé, par serment, d'aider et de servir son seigneur envers et contre tous Le seigneur jurait, de son côté, de protéger et de défendre son vassal contre quiconque l'attaquerait, et il était appelé seigneur lige. Lige signifiait encore ce qui est à qqn. sans réserve; continu, sans interruption. Adv.
Page 235 - ... ne fut d'abord qu'un simple domestique de la maison de nos premiers rois, auquel était confié le soin d'un certain nombre de chevaux ; plus tard , il fut chargé de ranger la cavalerie en bataille sous les ordres du connétable (cornes stabuli).
Page vii - I. II. III. Sprachliche Documente zur Geschichte der Kelten; zugleich als Beitrag zur Sprachforschung überhaupt, von Dr.
Page 1 - Abri, dit le docte philologue , signifia dans le principe , et il signifie surtout encore , un lieu qui protége du froid, de la pluie , etc. Or, apricus locus, ou neutre apricum, signifie lieu exposé au soleil , et l'on a dit d'abord apricum, abri, par opposition à un lieu ombragé ; puis , admettant une très petite extension, on a pris abri comme contraire de lieu froid , humide , etc. » ADIUSER , Aiguiser. — Vient de aguser. usité au moyen âge ; mais l'insertion du son mouillé a fait...
Page 108 - Dieu avoit accompagné ses prédications , pour exciter les chrétiens à cette milice sacrée , furent traités de foiblesse et de crédulité ^ la force de ses discours qui pensa déserter la France et l'Allemagne, en inspirant aux peuples le désir de se croiser , passa pour indiscrétion et faux zèle.
Page 39 - Berfroit, berfreit, berefreit, belefroi, befreit, beffroi, c.-à-d. dans le principe , espèce de tour roulante, en bois, que l'on faisait approcher des murs d'une ville assiégée, afin que les soldats qui se trouvaient dans cette tour pussent, en toute sûreté, lancer des projectiles dans la ville. Plus tard on donna le nom de beffroi à une tour située dans l'intérieur d'une ville, et dans laquelle se trouvait une cloche.
Page 55 - ... que bufet fut d'abord le lieu à se bouffir, le lieu bouffi, et de là peu à peu les significations actuelles.
Page 222 - П, 104, élection; — eslection, élection 1, 52. II, 104. 132, élection, choix; de electio. Lire, lyre, du latin lyra, instrument qui ne rappelait nullement la lyre antique: il avait, dans le principe, une forme conique à peu près semblable à celle de la mandoline, et était monté d'une seule corde que l'on faisait vibrer avec un archet; plus tard on lui donna plusieurs cordes. Il paraît cependant que, dans une certaine période du moyen-âge, le mot de lyre désigna tantôt des instruments...
Page 11 - L'auteur de ce livre , qui est un nommé Vialardi, feint que cette Compagnie fut ainsi appellée di certi Taccagnoni, i quali, per marcia, miseria, et avarizia, si mettevano insino a rattacconar le scarpette e le pianelle, con le loro proprie mani , per non ispendere. E perche tal mestier del rattacconare non si puo fare...

Bibliographic information