Histoire de l'Église de Genève: depuis le commencement de laRéformation, jusqu'à nos jours [1815], Volume 2

Front Cover
1855
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 313 - Nantes, les échevins et les suppôts de la ville, avec les juges consuls, réunis à la maison commune, font le serment de maintenir celui précédemment fait de ne point contrevenir à l'Édit de Pacification rendu en faveur des calvinistes et font défense aux habitants de se porter à aucun excès contre eux.
Page 218 - Dieu, notre sauveur, lequel veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité...
Page 665 - si je suis encore nécessaire à votre peuple, je » ne refuse point le travail; que votre volonté » soit faite. O homme, qu'on ne peut assez louer ! » il n'a pas été surmonté par le travail; il ne de...
Page 542 - C'est une merveille, dit-il, combien la discipline de tous les réguliers est dissipée en toutes les abbayes et prieurez de ce diocèse : j'excepte les chartreux et les mendiants. L'argent de tous les autres est changé, est tout réduit en ordure, et leur vin meslé d'eau, voire même il est changé en venin, d'où il font...
Page 600 - Dieu selon votre volonté; mais le dirai -je? j'ai semé entre les épines et sur les pierres: certes, outre la recouverte de M. d'Avully ou de l'avocat Poucet, ce n'est pas trop grand cas des autres. Mais je prie Dieu qu'il nous baille une meilleure fortune, et Votre Altesse, selon sa piété, ne permettra point que tous nos efforts soient vains.»1 François de Sales avait épuisé tous les trésors de son éloquence.
Page 600 - Je vois bien, lui disait-il, ce qu'il faut faire; il faut rétablir, en grand nombre, curés et prédicateurs; car tel est l'état de votre Chablais, que c'est une province ruinée. Quant à moi, j'ai déjà employé vingt-sept mois à mes propres dépens, en ce misérable pays , afin d'y épancher la parole de Dieu selon votre volonté; mais le dirai -je?
Page 549 - Elle ne reconnaît qu'un seul magistrat laïque établi de Dieu, et nécessaire pour conserver le repos de l'Etat. Elle croit que tous sont obligés d'obéir à ce magistrat, tandis qu'il n'ordonne rien qui soit contre Dieu. » IX. Elle enseigne de plus que le mariage, qui a été institué de Dieu pour tous les hommes, pourvu qu'ils y soient propres, n'est opposé à la sainteté d'aucun ordre. » X. Enfin, pour ce qui regarde les choses qu'on appelle...
Page 549 - Enfin, pour ce qui regarde les choses qu'on appele indifférentes, telles que sont les viandes, les breuvages, et l'observation des jours, bien qu'un homme pieux puisse en user librement partout ; il faut cependant qu'il le fasse avec prudence et avec charité. * » Cependant le bruit de la dispute qui devait se faire à Lausanne, se répandit de bonne heure de tous...
Page 140 - ... les nations : Italiens , Français, Allemands, Polonais, Espagnols , Anglais, et des provinces les plus éloignées. D'ailleurs chacun sait le grand nombre de ministres qui y est.
Page 208 - Il est absurde et faux, dit-il, de prétendre qu'il y ait une autre élection que celle qui est déterminée par la présence ou l'absence de la foi chez un homme ; et ceux qui placent en Dieu une volonté éternelle par laquelle il ordonne les uns à vie, les autres à mort, en font un tyran semblable au Jupiter des anciens, dont la loi était : « Ainsi je veux, ainsi je pense, ma volonté est ma seule raison d'agir.

Bibliographic information