Dits de Watriquet de Couvin: pub. pour la première fois d'apres les manuscrits de Paris et de Bruxelles, et accompagnés de variantes et de notes explicatives par Aug. Scheler ...

Front Cover
V. Devaux et cie, 1868 - 522 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page xxii - A. JUBINAL. Lettres à M. le Comte de Salvandy sur quelques-uns des manuscrits de la Bibliothèque Royale de La Haye, Paris, Didron, 1846, pp.
Page 307 - Et s'afaitast une paire de gans Prince de Gale et royne de France, Mais g'en ferai Dieu peser en balance ; S'il ne me fait à lui estre semblans, 350 Plaindre m'irai à .i.
Page 296 - ... s'en fu uns leus si hardis qu'il ala maugré sa sorte tuer Dieu en paradis et dist : Compains, je t'aporte cele qui mon cuer a pris...
Page 385 - Entre .11. boires .1. soupir I doit on faire seulement : Si en dure plus longuement La douceur en bouche et la force.
Page 502 - II ont mis jus les hiraudies Et viestent les cotes hardies Et les robes as chevaliers.
Page 44 - Tant fust plains de courouz ne d'ire Onques n'issi hors de sa bouche Vilains mos; maniere avoit douche, Plus que dame ne damoisele.9 i Thus Watriquet tells us that the prowess of his knight awakened the supreme virtues of "courtesy...
Page 492 - ... unaware that in retelling some he also pleased John of Gaunt and other worldly folk at court. The moral Watriquet, who was also a court-poet, complained that the lords of his day paid much less attention to example and bonne parole than to outrages and boufois.
Page 303 - S'ensi est que ne vous voie, Ce dist uns singes qui noie A une fueille de mente, Je serai cuens de Savoie...
Page 389 - Pour nous compagnie tenir, Et si clorras la grant fenestre. » Ainssi qu'elles cuidoient estre En la taverne toutes trois, Les aqueult uns vens si destrois Et si frois, qu'il les fist pasmer Et toutes pour mortes clamer, Et jus trebuchier en la place.
Page 373 - S'ades vouloit parler de sens, ,C'on n'en prisast mains son savoir (Qu'on fait sotie et sens savoir. Qui set aucunes truffes dire, Ou parlé n'ait de duel ne d'ire, Puis que de mesdit n'ia point, Maintes foiz vient aussi à point A l'oïr que fait uns sarmons.

Bibliographic information