Voyage d'Espagne: avec une relation de l'estat et gouvernement de cette monarchie et par une relation particulière de Madrid

Front Cover
P. Marteau, 1667 - 502 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 17 - ... de cierta manera, fijada de antemano. Además, naturalmente, las descripciones que encontramos en los libros de viajeros subrayan tanto las cosechas y recursos naturales del campo como su atractivo estético: Le País est trauersé de tous costez de montagnes, que ni sont ni plantees, ni plaines de villages, comme celles de France; mais il ya des montagnes, ou des rochers effectifs tous de piares, ce qu'ils appellent Sierras, ou Peñas, ou auec quelques arfares, & alors ils les appellent Montes.
Page 50 - ... et de plus effrontées, dès qu'il ya quelqu'un qui tombe dans leurs rets, elles le plument d'une belle façon. Il leur faut des jupes de trente pistoles, qu'on nomme des garde-pieds, des habits de prix, des pierreries, des carrosses et des meubles. Et c'est un défaut de générosité, parmi cette nation, de rien épargner pour le sexe.... On a quatre fêtes ici, ou processions hors de la ville, qui sont comme...
Page 124 - Prado, est qu'en la ruê et à l'air, on a des flambeaux pour ces pièces, et qu'aux théâtres fermez et journaliers, on ne joue pas à la clarté des chandelles, mais à celle du soleil. Toute cette badine dévotion paroist encore plus grotesque à ceux qui la voyent, que je ne le saurois représenter, etc. En mettant de côté le caractère nécessairement religieux du sujet, et l'exhibition en plein vent, on voit que la représentation d'un auto sacramental, presque toujours allégorique, mêlée...
Page 54 - France, & elles ne se montrent qu'un œil, & vont cherchant & agaçant les hommes avec tant d'effronterie, qu'elles tiennent à affront quand on ne veut pas aller plus loin que la conversation.
Page 84 - On ne parle point à celles qui ont des hommes avec elles ; aux autres, on peut dire tout ce que l'on veut de doux, de hardy et de libre, sans qu'elles s'en offencent. C'est icy...
Page 74 - Bacheliers, ils fe mettent en licence , & apres quelques années ils briguent , ou des places de Collegiales *qu'ils appellent, ou des chaires. Dans chaque College il ya un certain nombre de chaires , & certain nombre de places de Collegiales : Comme par exemple , dans le College de...
Page 143 - C'est un vendredy de caresme, qu'elles sont conduites par un ou deux alguazils à l'eglise de las Recogidas, qui sont les repenties de nos quartiers. Là on les met au pied de la chaire du predicateur qui fait de son mieux pour leur toucher le cœur; mais il en vient rarement à bout. Apres les avoir assez long-temps exhortées en vain a s'amander, il descend de la chaire, et leur...
Page 132 - La terre mesme n'y est pas toute cultivée par des gens du pays ; au temps du labourage, des semailles et de la récolte, il leur vient quantité de paysans du Béarn et d'autres endroits de France qui gagnent beaucoup d'argent pour mettre leurs bleds en terre et pour les recueillir. Les architectes et charpentiers y sont aussi pour la plupart...
Page 29 - Cour, on prendra de l'argent, comme pour comedies ordinaires. Nous avons icy deux theatres, où l'on joue tous les jours. Les comediens ne prennent pour eux qu'environ un sol et demy pour personne : autant en donne-t-on pour l'hospital, et apres, pour monter aux bancs, on donne environ deux sols, qui sont pour la ville, à qui appartiennent les theatres; pour s'asseoir, il en couste sept sols de France, tellement que, pour toute la comedie, il en couste environ xv à...
Page 55 - ... jour : encor est-ce quand ils vont par pays : car on ne trouve rien dans les hostelleries par toute la Castille, & dans toute l'Andalousie, hormis dans la Sierra morena qui est le lieu le plus desert, & où il n'ya que quelques vçntas sans villages.

Bibliographic information