Annales maritimes et coloniales, Volume 2, Part 2

Front Cover
Imprimerie Royale, 1838 - France
2 Reviews
 

What people are saying - Write a review

User Review - Flag as inappropriate

Rapport sur le nombre des ancres et leur adaptation aux besoins

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 16 - Restauration avait imparfaitement reconstituée; représentant aussi les splendeurs impériales et les souvenirs glorieux de notre histoire contemporaine; régnant par son esprit sur la société dont il était entouré ; aimé avec un dévouement empressé par des amis accoutumés au charme de son commerce intime; recherché des illustres étrangers comme un grand débris du passé et un lustre du temps présent; recevant parfois les témoignages de gratitude des Princes qui lui devaient leur couronne...
Page 9 - ... du mérite et du sens politique. A toute époque, et surtout en de telles circonstances, se proposer un système exclusif et invariable, se donner un programme de conduite dont on ne s'écartera point, n'a jamais été le fait d'un homme sensé, pas même de ceux à qui on l'a imputé. Le caractère et l'esprit d'un homme d'Etat peuvent avoir une plus large unité.
Page 13 - L'Europe, opprimée sans mesure, se précipita sur la France avec toute l'énergie et la puissance des opinions nationales qui jadis avaient commencé nos triomphes. En cette détresse, M. de Talleyrand fut appelé à la plus grande consultation où ait jamais pris part un homme qui n'avait de pouvoir que son esprit ; il sembla traiter de pair avec des souverains vainqueurs, à la tête d'un million de soldats ; l'Europe voulut avoir son avis sur ce qu'il était sage de faire d'une telle victoire.
Page 12 - L'indépendance de son esprit était pour beaucoup dans cette situation. Son admiration n'allait pas jusqu'aux illusions de l'enthousiasme ; il jugeait les fautes ; il voyait les dangers ; bien des choses pouvaient choquer sa raison ou son goût. Le fond de son opinion restait antipathique à ce qui était excessif : la Monarchie universelle lui semblait une chimère, et sa poursuite un jeu de hasard terrible pour la France. L'enivrement du succès rendait le pouvoir plus absolu qu'il ne l'aimait...
Page 18 - ... applicable. Son rare bon sens, sa justesse de détermination éclatèrent dans cette dernière occasion. Dès lors, le peu de jours qui lui étaient encore réservés coulèrent au milieu de sa famille et de ses amis. Son esprit était toujours le même ; ses impressions vives, mobiles et jeunes ; il prenait intérêt à tout dans le présent, en se plaisant aussi à rappeler ses souvenirs et le passé. Jamais sa conversation n'avait, eu plus de grâce et d'attrait. Son âge même, l'idée qu'on...
Page 10 - ... signes évidents de son impuissance à durer, M. de Talleyrand se rapprocha intimement du général Bonaparte. Le vainqueur de l'Italie était revenu en France après avoir signé la paix de Campo-Formio; il ne jugea point que le moment fût venu de mettre la main sur le pouvoir. Alors il forma sur l'Orient de vastes desseins, dont l'expédition d'Egypte n'était que le premier commencement. M. de Talleyrand fut le confident de ces pensées si gigantesques à cette époque, si inconcevables dans...
Page 1077 - Cette sorte d'aliénation de tous fes services, qui était la source des désordres les plus graves , rendait les opérations de finances et la situation générale du trésor impénétrables à tous les regards; les débats contradictoires qui se sont élevés sur ces importants résultats et qui sont toujours restés sans solution, soit pour le public, soit pour les deux derniers ministres qui ont tenté d'en présenter une évaluation approximative dès l'année...
Page 19 - ... devenait plus pressant. Déjà malade, assez pour inquiéter ses amis, et peut-être lui-même, il résolut de faire ses adieux au public, qui s'était tant occupé de lui. Il vint à l'Institut, et beaucoup d'entre vous peuvent se souvenir de ce que cette réunion avait de solennité et d'émotion. De ce jour, la réflexion devint plus active, et lui laissa moins de relâche. Sa forte raison pesait les questions suprêmes. Des considérations puissantes, appartenant encore à la vie, s'ajoutaient...
Page 14 - Au milieu de nos ennemis triomphants, le représentant de la France se montra avec une imperturbable autorité, en première ligne de considération, traité avec égards par les souverains, avec déférence par leurs ministres. Son expérience des grandes affaires, ses manières si calmes et si polies, sa parole si spirituelle et si peu prodiguée, le plaçaient haut parmi toute cette diplomatie européenne. Les transactions du congrès de Vienne, la ligne politique où M. de Talleyrand allait conduire...
Page 70 - La force magnétique de la terre varie d'un lieu à un autre en direction et en intensité ; elle dépend de la distribution des deux fluides magnétiques dans la masse du globe qui ne nous est pas connue. Cette force et sa direction en un point donné ne peuvent donc être déterminées que par l'expérience. Ce sont les observations qui...

Bibliographic information