Collection des poètes de Champagne antérieurs au XVIe siècle: Tarbé, P. Poètes de Champagne antérieurs au siècle de François Ier

Front Cover
P. Dubois, 1851
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 4 - S'en cel temps puet ami avoir, Bien s'en doit tenir apaiés. Id. Blanc corbel trouveras avant Et un asne cornu devant, Et la mer partie par mi Que tu trouves un bon ami. Id. A ton ami, si tu veux bien voloir, 7 Fox l'hom, qui perd bon ami por femme.
Page 172 - Nulle autre rien, fors nous, ne quiert. » Lors plus de paroles ne distrent ; Mes andeus enfuir se mistrent. L'une l'autre ne regarda ; Mès qui miaux pot si se garda. La povre fu en tel destroit, Por paour se mist si estroit : A po que la mort n'en a pris. N'ot pas tel ponrvéeur apris ; Li cuers li bat, et cors, et voines.
Page 92 - Et en Champaigne li buveur : Et si sont li bon despancier ; Et si sont bon convenancier. Telz n'a vaillant un angevin , Qui chascun jor viaut boire vin , Et viaut suir la compaignie, Et tant boire que laingue lie : Et quant se vient aus cos donner, II se sevent bien remuer.
Page xlv - ... contrées, un dernier adieu à des hommes au milieu desquels nous vivons depuis longues années. Les lignes, qui vont suivre sont l'ombre de leur génie , l'écho de leurs pensées. Puissentelles plaire au lecteur comme le souvenir d'amis , qui ne sont premier pélérinage est l'homme durant qu'il est en vie.
Page 18 - Tex no veles, com je voloie. Bien est voirs que molt se foloie , Qui de fame garder se poine: Son travail i pert et sa poine. Plus tost la pert cil qui la garde, Que cil qui ne s'en done garde. Molt a or bele garde fête Mes pères , qui por moi vos guète.
Page 134 - Mès mout fu jeunes et menus. Et pour ce que trop anfès feu. Bons gardeor bailliez li feu Un sien oncle ; Gontranz ot non ; Saiges fu et de haut renon. Cilz Gontrans fu frère son père, En qui garde le mist sa mère. Li peuples por Roi le tenoit, Pour ce que l'ainfant maintenoit : En son bail, roi Clotaire fu. Quant que li plot fere, fait fu. Mainte foiz pansa en son cuer, Ne dou pens ne pot issir fuer, Commant son frère Chilperiz Et esté murtriz et périz ; Et plus soutivement qu'il pot Enquist...
Page 75 - ... que, tu vorras, si fai. Plus ne t'atandrai ; ge m'en vois. » Atant Mellin ist hors dou bois : Si tost com li vilains le vit, Si li dist, si com par despit : — Mellot, tu te fais trop huichier : Je n'ai plus à ci venir chier. Or t'en vas, et plus n'i revien : Miaux que tu pourras te maintien. » Lors c'est cil chiez lui adrecié ; Son seigneur trouva courrecié. Tout quant, que il a, li ot osté. N'i demoura en son ostel Ne robe, ne nul garnement, Sé moins non, qu'il avoit devant. Fors tant...
Page 167 - Cil soir tuit au souper revindrent ; Aus tables et aus dois se tindrent. Mes celle dame pas n'i feu , Pour ce que pooureuse feu ; Car de la beste bien savoit Qui elle ière et quel cuer avoit. Forfaite envers li se sentit ; Pour ce au venir ne s'assentit. Li Rois commande que la beste Alast autour parmi la feste, Po.ur savoir s'a nul greveroit , Ne s'a nelui ennui feroit. Ansinc fu com li Rois le dist ; La beste nul semblant ne fist ; Touz les encline et humélie ; Car fors à tous bien ne vost mie....
Page 118 - Roy ne à grant estais Li est tout au devant venue. Et de loial cuer le salue. Dist le Rois : — Ne vous salue mie. N'i estes ma femme, ne m'amie. Ma fame estre plus ne povez, Quant mon ainfant tenu avez. Mauvès est eus vostre sors. De moi et dou royaume estes hors. Tenir ne vous puis par raison. Trop avez fet graut mesprison.
Page 176 - Ysangrin : — Tost le sauroiz ; Et tost vostre quartier auroiz. » . Lors s'en est à Fauve venus : Devant li s'est estant tenus. Et dist : — Fauve, délivre moy Ce poulain, que ge ilec voi ; Car por mon droit le doi avoir. Or tost si en fais ton devoir. Dit Fauve : — Non contredi mie. Ge sui dou faire apareillie : Mès que bautisiez soit avant. Non est ce par joute convant? Car telle ordonnance en menons. » — Or di, Fauve, quelz iert ses noms? Je m'y otroy par Jhésucrit. » Et dist Fauve:...

Bibliographic information