Le vers français, ancien et moderne

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 147 - Prendre garde qu'un qui ne heurte une diphtongue ; Épier si des vers la rime est brève ou longue ; Ou bien si la voyelle, à l'autre s'unissant, Ne rend point à l'oreille un vers trop languissant.
Page 31 - Enfin Malherbe vint, et, le premier en France, Fit sentir dans les vers une juste cadence, D'un mot mis en sa place enseigna le pouvoir, Et réduisit la muse aux règles du devoir. Par ce sage écrivain la langue réparée N'offrit plus rien de rude à l'oreille épurée.
Page 21 - Donner aux auteurs de nouvelles rimes , ce serait leur donner de nouvelles pensées, car l'assujettissement à la rime fait que souvent on ne trouve dans la langue qu'un seul mot qui puisse finir un vers : on ne dit presque jamais ce qu'on .voulait dire ; on ne peut se servir du mot propre ; on est obligé de chercher une pensée pour la rime , parce qu'on ne peut trouver de rime pour exprimer ce qu'on pense.
Page 178 - Chante, écouter... Entendre au pied du saule où l'eau murmure L'eau murmurer ; Ne pas sentir, tant que ce rêve dure, Le temps durer : Mais n'apportant de passion profonde Qu'à s'adorer, Sans nul souci des querelles du monde, Les ignorer ; Et seuls, heureux devant tout ce qui lasse, Sans se lasser, Sentir l'amour, devant tout ce qui passe, Ne point passer!
Page 120 - Vous qui les ruisseaux | d'Hélicon fréquentez, Vous qui les jardins | solitaires hantez Et le fond des bois, curieux de choisir L'ombre et le loisir.
Page 161 - Ce cœur nourri de sang , et de guerre affamé , Malgré le faix des ans et du sort qui m'opprime, Traîne partout l'amour qui l'attache à Monime , Et n'a point d'ennemis qui lui soient odieux Plus que deux fils ingrats que je trouve en ces lieux.
Page 156 - Jupiter : Notre poète emploie ailleurs ces rimes vicieuses, que nous appelons normandes, parce que les Normands, qui prononcent er ouvert comme er fermé, les ont introduites dans notre poésie.
Page 145 - Tu eviteras autant que la contrainte de ton vers le permettra les rencontres des voyelles et diphthongues qui ne se mangent point ; car telles concurrences de voyelles, sans estre elidées, font les vers merveilleusement rudes en nostre langue, bien que les Grecs sont coustumiers de ce faire, comme par elegance.
Page 132 - ... observez l'hémistiche , et redoutez l'ennui Qu'un repos uniforme attache auprès de lui. Que votre phrase heureuse , et clairement rendue , Soit tantôt terminée, et tantôt suspendue; C'est le secret de l'art.
Page 123 - Sus, debout, la merveille des belles ! Allons voir sur les herbes nouvelles Luire un émail dont la vive peinture Défend à l'art d'imiter la nature. L'air est plein d'une haleine de roses, Tous les vents tiennent leurs bouches closes, Et le soleil semble sortir de l'onde Pour quelque amour, plus que pour luire au monde. On...

Bibliographic information