Der französische einfluss auf die deutsche sprache im dreizehnten jahrhundert, Volume 2; Volume 10

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Popular passages

Page 28 - U, in the frenche tong, wheresoeuer lie is a vowel by hymselfe, shall be sownded like as we sownde ew in these wordes in our tong, rewe an herbe, a mew for a hauke, a clew of threde...
Page 51 - Rêveries sur la nature primitive de l'homme, sur ses sensations, sur les moyens de bonheur qu'elles lui indiquent, sur le mode social qui conserverait le plus de ses formes primordiales, Paris, 1789 ou 1802; 2e édition, 1809, in-8° ; 2« Obermann, lettres publiées par M.
Page 161 - Er zoch nun widrumb in den berg und ewiklich on ende : ' ich will zu meiner frawen zart, wa mich gott will hin senden.
Page 122 - Du demourer fut moult requis et prié, mais pour neant estoit ; car le retour lui estoit si desirant que dire ne se pourroit. Touteffoiz, pour partir plus courtoisement, dist de retourner brieff. 102 B lui sembloit mie une heure, luy || sembloit que une heure fust X jours. Et quant vint que la fin de ses XXX jours fust venue pour prendre congié, car il ne veoit chose qui ne lui fust desplaisante, sy s'en conseilla a son escuier, qui avoit a son endroit sa part es plaisirs comme lui meismes, lesquelz...
Page 160 - Nun fahr ich fröhlich auf die Bahn, Gott muß es immer walten, zu einem Papst, der heißt Urban, Ob er mich wolle behalten. »Herr Papst, Ihr geistlicher Vater mein, ich klag Euch meine Sünde, die ich mein Tag begangen hab, als ich Euch will verkünden; »Ich bin gewesen ein ganzes Jahr bei Venus einer Frauen, nun will ich Beicht und Büß empfahn, ob ich möcht Gott anschauen.
Page 133 - ... et l'ordre de chevalier, que il avoit eu un oncle de son pere, lequel disoit y avoir esté ung grant espace de temps ; lequel ne savoit pas bien a dire. Dont soyant retourné en son païs et maison, trouva une tresdesplaisante nouvelle, par laquelle il print de 25 douleur et de desplaisir tant que oncques puis ne fut veu.
Page 121 - ... commença a douloir. Et de ce pensement l'ayma Dieu tant, qu'il le mist au pensement de sa congnoissance, par laquelle il se fust advisé de avoir tant grandement mesprins vers son Créateur de plusieurs choses mondaines qu'il avoit faictes encontre ses commandemens, et souverainement du treshorible pechié ou il vivoit, par lequel il le avoit de tous poins mis en oubly, et par l'espace de troys cens jours, pour soy acompaigner a son ennemy ; car certainement apperceust il bien que ennemys estoyent...
Page 113 - X pas de long et autant de large, et de haulteur autant. En ceste chambre a un pertuis comme ront, a la grosseur d'une teste d'omme, qui ne lui donne que un bien pou de jour ; et ce, pour la grant espesseur de la montaigne. A la saillie de ceste chambre, retourne l'en a main droitte B roller au bas.
Page 120 - ... chevalier lui dist son nom et les marches dont il estoit. Lors lui demenda qu'il lui sembloit de ce païs et des choses qu'il veoit, et se es parties de par deçà avoit tant de si belles gens et si grans richesses comme la avoit.

Bibliographic information