De la domination turque dans l'ancienne régence d'Alger

Front Cover
C. Gosselin, 1840 - Algeria - 325 pages
1 Review
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 136 - Protégez les soldats musulmans , les armées orthodoxes ; .et accordez-nous salut, tranquillité , prospérité, à nous, aux pèlerins, aux militaires, aux citoyens en demeure comme aux voyageurs sur terre et sur mer, enfin à tout le peuple mahométan. Salut à tous les prophètes et à tous les envoyés célestes ; louanges éternelles à ce Dieu créateur et maître de l'univers. Certes, Dieu ordonne l'équité et la bienfaisance; il ordonne et recommande le soin des proches ; il défend les...
Page 136 - Prophète, et par distinction pour son ami pur, "ce haut et grand Dieu, dont la parole est ordre et commandement; "dit: Certes, Dieu et ses anges bénissent le Prophète. O vous, encans, "bénissez-le, adressez Mohammed, l'Emir des Emirs, le coryphée des "Prophètes, qui est parfait, accompli, doué de qualités éminentes, la "gloire du genre humain, notre seigneur et le seigneur des deux mon"des, de la vie temporelle, et de la vie éternelle. O...
Page 136 - O mon Dieu, bénis Mohammed et la postérité de Mohammed , comme tu as béni Abraham et sa postérité. Certes, tu es adorable, tu es grand...
Page 136 - Etre suprême et immortel qui n'a ni dimensions ni limites, qui n'a ni femmes ni enfants, qui n'a rien d'égal à lui ni sur la terre ni dans les cieux, qui agrée les actes de componction de ses serviteurs et pardonne leurs iniquités. Nous croyons, nous confessons, nous attestons qu'il n'ya de Dieu que Dien seul, Dieu unique, lequel n'admet point d'association en lui.
Page 307 - Dis : Je mets ma confiance dans le maître des hommes, roi des hommes, dieu des hommes, contre la malignité du perfide souffleur qui souffle dans le cœur des hommes, et contre la malignité des génies et des hommes.
Page 60 - ... était brave, entreprenant, généreux, et dès qu'il se vit dans une position élevée, il se montra prévenant et affable, quoique grave et austère dans son maintien ; simple de mœurs et de manières, quoique libéral et magnifique lorsque les circonstances l'exigeaient; en un mot, il avait tous les avantages qui parlent à la multitude et commandent l'enthousiasme des masses; aussi ne tarda-t-il pas à s'attirer de nombreux partisans parmi les populations du pays d'Agmat. Pour assurer son...
Page 136 - ... aux militaires, aux citoyens en demeure comme aux voyageurs sur terre et sur mer, enfin à tout le peuple musulman. Salut à tous les prophètes et à tous les envoyés célestes ! Louanges éternelles à ce Dieu créateur et maître de l'univers. Certes, Dieu ordonne l'équité et la bienfaisance ; il ordonne et recommande le soin des proches ; il défend les choses illicites, les péchés, les prévarications ; il nous conseille d'obéir à ses préceptes et de les garder religieusement dans...
Page 140 - L'attaque commença le 6 mai , et après un feu de dix jours consécutifs la place se trouva ouverte- par plusieurs brèches. La plus grande partie des assiégés avait succombé, le reste se mourait de fatigue et de faim. L'assaut fut ordonné, mais les Turcs ne trouvèrent sur la brèche , pour la défendre , que le vieux gouverneur Martin de Vargas , qui, seul, l'épée à la main, essaya encore de s'opposer à leur passage. Accablé par le nombre, atteint de plusieurs blessures, prêt à défaillir,...
Page 216 - Fluegel, tom. 1, pag. 323. travail, Bokhary se transporta en Arabie pour visiter les lieux honorés de la présence du Prophète. Il ne mettait jamais une tradition par écrit qu'il ne se fût purifié au puits de Zemzem et qu'il n'eût prié auprès de la Kaaba. Enfin, il se rendit à Médine pour y mettre son recueil en ordre, et il n'insérait pas de chapitre qu'il ne l'eût placé sur la chaire où avait prêché Mahomet et sur son tombeau.
Page 194 - Mohammed, il fut arrêté que les fortifications ne seraient pas détruites, que la ville serait évacuée dans un délai fixé, et que les Espagnols emporteraient leurs canons en bronze et leurs approvisionnements. Les troupes et les habitants chrétiens furent transportés à Carthagène.

Bibliographic information