Revue de l'Anjou et de Maine et Loire, Volume 2

Front Cover
Librairie de Cosnier et Lachèse., 1853
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 187 - ... le chemin. Et sur l'heure il envoya querir M. de Vieilleville , auquel il tendit la main , luy disant telles paroles : «Autre chose ne vous puis-je dire, Vieilleville, en l0.
Page 545 - ... y éprouvent toutes sortes de vexations de la part de la garde nationale de cette ville ; qu'ils viennent d'être mis, pendant six jours de suite, sur la paille, au pain et à l'eau, et que plus de la moitié de ces prêtres sont âgés de soixante à quatre-vingts ans, et infirmes.
Page 50 - Celui que dans Athène eût adoré la Grèce, Que dans Rome à sa table Auguste eût fait asseoir, Nos Césars d'aujourd'hui n'ont pas voulu le voir, Et monsieur de Beaumont lui refuse une messe. Oui, vous avez raison, monsieur de Saint-Sulpice, Eh! pourquoi l'enterrer? N'est-il pas immortel? A ce divin génie on peut sans injustice Refuser un tombeau, mais non pas un autel.
Page 117 - C'était un de ces hommes complets , qui ne sont pas moins rares , et qui font souvent plus de bien que les hommes supérieurs. « Sous l'administration de ce vertueux ecclésiastique , les études , soutenues par une sage discipline et par les talents des professeurs , lui acquirent , en peu de temps, une grande réputation; l'Anjou , le Poitou et la Bretagne y envoyèrent un si grand nombre d'écoliers que bientôt les bâtiments se trouvèrent insuffisants pour les recevoir (1). » La ville de...
Page 244 - Je prin de Courvile acointance, Maistre de l'art de bien chanter : Qui me fit, pour l'art de Musique Reformer à la mode antique Les vers mesurez inventer.
Page 245 - Icy donnant l'abit à la mode de France Et le parler François aux joueurs de Terence, Terence auteur Romain, que j'imite aujourd'huy Et comme il suit...
Page 62 - Wagrarn; comme il avait fait toutes ses campagnes, avec la plus grande distinction. Par l'accueil flatteur qu'il recevait de ses chefs, il pouvait compter cette fois sur un avancement prochain; mais il était arrivé au terme de sa carrière. Il eut une jambe emportée par un boulet de canon à la bataille de la Moskowa, dans une charge brillante qu'il faisait à la tête de son régiment, et après avoir vécu assez long-temps avait été donné à Méda au sujet de ce précis, et ne l'ayant pas...
Page 420 - ... passion , lui dit, après mille raisons en faveur de son ami pour la presser de le rendre heureux, que Chabot étoit résolu de s'en aller hors de France si elle l'abandonnoit , et qu'il l'avoit assuré qu'il ne reviendroit jamais ; que sur ce discours elle lui avoit dit tout bas : « Je ne sais pas si je me pourrai « résoudre de l'épouser; mais je sens bien que je ne « puis souffrir qu'il s'en aille.
Page 349 - Seigneur , qui avez dit : Demandez, et vous recevrez; cherchez, et vous trouverez ; frappez à la porte , et on vous l'ouvrira : nous vous prions de répandre en nous la tendresse de votre divin amour : afin que nous vous aimions de tout notre cœur ; que par votre bouche nous répandions partout la bonne odeur de cet amour ; que nous en donnions des marques par nos œuvres ; et que nous ne cessions...
Page 526 - Monsieur le maréchal d'IIocquincourt, général de l'armée du roy, servant près la personne de Sa Majesté , et employé présentement au siège d'Angers , et M. le duc de Rohan , gouverneur et lieutenant-général pour ladite Majesté dans la province, pays et duché d'Anjou , ville et château d'Angers.

Bibliographic information