Amadis de Gaule: poëme faisant suite à la Table Ronde

Front Cover
Delaunay, 1813 - 404 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page vi - Amadis gaulois et non espagnol; et qu'ainsi soit, j'en ai trouvé encores quelque reste d'un vieil livre escrit à la main en langage picard, sur lequel j'estime que les Espagnols ont fait leur traduction , non pas du tout...
Page 401 - De ces héros et de leurs descendants J'ai recherché la trace et la mémoire : Mes soins sont vains, et je veux être un sot Si dans l'histoire on en dit un seul mot. On ne sait même, avec quelque apparence, En quel moment placer leur existence. Voilà comment des méchants diffamés Les gens de bien sont souvent opprimés, Et comme on voit l'indigne calomnie Frapper d'oubli la valeur, le génie. Heureusement qu'un Dieu m'a suscité Pour mettre un terme à cette iniquité : Sur...
Page x - Si l'on veut en avoir une liste à peu près complète , il faut lire les deux volumes du Chevalier du soleil. Dans ce roman, extrait de plus de cent volumes, l'auteur anonyme, qu'on croit M.
Page 401 - Pour quelque temps retrouva l'âge d'or. Mais apprenez une insigne malice : Au désespoir que ces héros trop grands Eussent enfin dérangé tous ses plans , Bien vieille alors , la sorcière Mélye, Dans sa fureur épuisa...
Page 144 - Douce espérance à toujours m'est ravie. Il est passé ce temps si fortuné. . » II est passé... Dieu! quelle calomnie A pu noircir le plus loyal amant ! Aurais-je pu manquer à mon serment ? Rosés d amour embellissaient ma vie.
Page 112 - ... d'ailleurs peu délicats, Touchaient leur bien sur les routes publiques, Exerçant là, de leurs mains héroïques, Un beau métier que je ne dirai pas. Puis disputant et de ruse et de crimes, Entr'eux sans cesse ils allaient s'égorgeant. Rentrés chez eux, ils demeuraient veillant. Ou, s'ils dormaient, rêvaient à des abîmes. Dans ces châteaux, la terreur des tyrans Vengeait un peu le malheur des victimes. En vain pour moi, parmi tant de fureurs, Je recherchais les arts consolateurs ; Je...
Page 401 - C'en est assez , j'aurai déconcerté Et la sorcière et son charme magique ; Et nos neveux, étonnés et ravis, En relisant mon poème historique , Croiront César...

Bibliographic information