Du cheval bien mû et bien mis: suite de causeries écrites au fil de la pratique

Couverture
H. Le Soudier, 1906 - 350 pages
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 5 - Mais il ya lieu de se rendre compte que l'intelligence que certains voudraient lui accorder ne peut être cultivée et, serait-ce possible, il n'y aurait pas d'intérêt à le faire, car cette intelligence ne saurait être assimilée à celle du cavalier, et viendrait dans la plupart des cas contrecarrer ses desseins. Il ne peut y avoir deux volontés qui dirigent 1.
Page 324 - ... je me bornerai à rappeler que les deux formes de l'association, auxquelles se ramènent toutes les autres, sont les associations par contiguïté et les associations par ressemblance. Le principe des associations par contiguïté est le suivant : Lorsque des impressions ont été produites simultanément ou se sont succédé immédiatement, il suffit que l'une soit présentée à l'esprit pour que les autres s'y représentent aussitôt. Le principe des associations par ressemblance peut se formuler...
Page 155 - ... de devant décriront un cercle plus ou moins étendu. Pour que le mouvement soit correct et franc , il faut donc que le pivot sur lequel tourne l'ensemble ne soit pas contrarié dans son jeu ; l'action simultanée de la main droite et de la jambe droite devra nécessairement produire cet effet.
Page 155 - ... suite la main à droite pour déterminer les épaules , je formai d'abord , à l'aide de cette main, l'opposition nécessaire pour fixer les hanches et disposer les forces de manière à maintenir l'équilibre pendant l'exécution du mouvement. Ce procédé fut couronné d'un succès complet; et si je cherche à me rendre compte de ce que doit être la fonction des diverses extrémités dans les conversions , je reconnais qu'il est le seul rationnel. En effet, dans la conversion à droite, par...
Page 178 - disposer d'abord le cheval en déplaçant au besoin légèrement les hanches à droite ; puis, au moment de déterminer le galop, porter les poignets un peu en arrière et à gauche pour faciliter l'enlever de l'avant-main, tout en déchargeant l'épaule droite, et ajouter aux aides déjà mises en jeu une égale pression des jambes à un degré suffisant pour produire une accélération qui corresponde à la vitesse du galop.
Page 1 - Ecuyer... qui veut ! DU CHEVAL BIEN MÛ ET BIEN MIS (Suite de causeries écrites au fil de la pratique). Auteur: le capitaine Jean Caubert, commandant le 4
Page 74 - contre, en donnant l'action, en produisant la force « qui pousse, que cette même force n'entraîne dans le « sens du mouvement que la petite quantité de poids « nécessaire au mouvement, et que l'équilibre n'en soit « pas altéré, c'est-à-dire que les translations du poids « demeurent également faciles dans tous les sens, « après comme avant le mouvement obtenu...
Page 146 - ... et, si l'on veut bien se rappeler ce que nous avons dit plus haut de la mission des évoques et de leur caractère , on comprend qu'il n'en pouvait être autrement.
Page 1 - La théorie qui régit le dressage et l'équitation qui s'ensuit est basée sur l'exploitation habile, envers le cheval, de l'appât des récompenses ou de la crainte des châtiments, et sur une gradation méthodique des exercices.
Page 179 - appuyant à droite, de telle sorte que le bipède laté» rai droit dépasse le bipède latéral gauche, se trouve « naturellement disposé à partir sur le pied droit, s'il « est maintenu dans cette attitude au moment où le dé

Informations bibliographiques