Recherches expérimentales et mathématiques sur les mouvemens des molécules de la lumière autour de leur centre de gravité, Part 1

Front Cover
F. Didot, 1814 - Polarization (Light) - 523 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 280 - Les teintes données par les lames égales et croisées à 45° ne sont pas seulement constantes sous l'incidence perpendiculaire ; elles le sont encore sous toutes les incidences et dans tous les azimuts , pourvu que le rhomboïde qui sert pour analyser la lumière ait sa section principale parallèle ou perpendiculaire au plan du méridien. » on fait tourner dans son plan le système des deux lames croisées. Les formules de M. Fresnel indiquaient , au contraire, que chacune des deux images ne...
Page lxv - J'ai dit plus haut que j'avais déterminé la durée des oscillations et la loi de la force qui les produit. Or, pour que cette durée soit telle que l'observation la donne, il faut qu'il y ait un certain rapport déterminé entre la grosseur des particules de la lumière et l'intensité de la force qui les fait tourner ; c'est ainsi qu'il existe un rapport connu entre le temps des oscillations d'un pendule, sa longueur, et l'intensité de la pesanteur terrestre.
Page lxiii - Qscillations sont de même étendue pour les molécules lumineuses de toutes les couleurs , mais leurs vitesses sont inégales. Les molécules violettes tournent plus vite que les bleues, "celles-ci plus vite que les vertes , et ainsi de suite jusqu'aux molécules rouges qui sont les plus lentes de toutes. Cette inégalité de vitesse fait qu'à chaque épaisseur de la lame, il se trouve des couleurs différentes aux deux limites de l'oscillation , et c'est ce qui produit les deux faisceaux colorés...
Page lxii - BIOT a observé que lorsqu'un rayon blanc polarisé tombe perpendiculairement sur une plaque de mica , de talc ou de cristal de roche , taillée parallèlement à l'axe de cristallisation , toutes les molécules lumineuses commencent par pénétrer jusqu'à une petite profondeur, sans éprouver aucune déviation sensible dans la direction de leurs axes; mais arrivées à cette limite, qui est différente pour les particules de diverses couleurs, elles se mettent toutes à osciller autour de leur...
Page i - ... présente, la première réflexion a tourné vers les mêmes côtés de l'espace des faces, sinon semblables, du moins également douées de la propriété dont il s'agit. C'est cet arrangement des molécules que Malus a nommé Polarisation de la lumière, assimilant...
Page x - ... c'est en effet seulement sous cet angle que le phénomène a lieu complètement. Si, sans changer l'inclinaison du rayon sur la première glace, on fait d'abord varier tant soit peu l'inclinaison de la seconde, l'intensité de la lumière réfléchie n'est plus nulle...
Page lxiii - Elles montrent également à quoi tient ce singulier rapport que l'auteur aviât d'abord découvert entre les couleurs polarisées par les lames minces, et leurs épaisseurs rapportées à la table de Newton. Cet accord résulte uniquement de ce que ces deux classes de phénomènes sont assujetties aux mêmes lois de périodicité. D'après l'idée qu'on vient de donner des épaisseurs AUCH.
Page lxiii - Les molécules violettes tournent plus vite que les bleues, "celles-ci plus vite que les vertes , et ainsi de suite jusqu'aux molécules rouges qui sont les plus lentes de toutes. Cette inégalité de vitesse fait qu'à chaque épaisseur de la lame, il se trouve des couleurs différentes aux deux limites de l'oscillation , et c'est ce qui produit les deux faisceaux colorés que l'on observe quand on analyse la lumière transmise. Je mesure l'étendue de ces oscillations, leur durée, leur vitesse...
Page lxv - ... lames cristallisées , soit minces , soit épaisses, susceptibles de donner des couleurs différentes quand on les présente à un rayon polarisé. L'accord constant de cette théorie avec l'expérience , m'a permis d'en tirer un résultat assez curieux pour que je croie devoir le rapporter ici. J'ai dit plus haut que j'avais déterminé la durée des oscillations et la loi de la force qui les produit.
Page lxv - Or, pour que cette durée soit telle q1fe l'observation la donne, il faut qu'il y ait un certain rapport déterminé entre la grosseur des particules de la lumière , et l'intensité de la force qui les fait tourner ; c'est ainsi qu'il existe un rapport connu entre le temps des oscillations d'un pendule , sa longueur et l'intensité de la pesanteur terrestre. On peut déterminer ce rapport par un calcul très-simple, et de là , si l'intensité de l'attraction des corps pour la lumière était connue...

Bibliographic information