Hygiène bucco-dentaire du XVIIe au XIXe siècle en France

Couverture
L'Harmattan, 2010 - 150 pages
0 Avis
Etudier l'hygiène corporelle, voire bucco-dentaire, d'une société, c'est immanquablement enquêter sur ses moeurs à travers leurs évolutions, voire leurs régressions. Dans son voyage initiatique au siècle du Roi Soleil, puis dans celui de la Révolution française et enfin, dans celui de la Révolution industrielle, Clément David nous emmène à la découverte d'une population française qui traverse l'histoire, entre pragmatisme intellectuel et mysticisme religieux, entre la qualification d'impiété pour ceux qui se lavent sous Louis XIV et l'apparition de la première brosse à dents à la cour de Louis XV en provenance de Chine. L'auteur, imprégné de textes écrits en anciens français qu'il a étudiés avec une étonnante lucidité scientifique, a revisité les préceptes de prévention dont certains étaient assez voisins de la superstition au XVIIème siècle. Avec la multiplication des ouvrages publiés au XVIII' siècle, c'est l'ébauche d'une pratique dentaire très structurée et très prolixe qui se met en place agrémentée de notions fondamentales concernant l'hygiène bucco-dentaire, et les modes alimentaires à respecter à cet effet. Avec le XIXème siècle, c'est la profession qui s'organise et développe par la création d'écoles dentaires, des enseignements entièrement dédiés à l'hygiène bucco-dentaire, largement diffusés auprès de la population par la publicité notamment. A l'aube du XX' siècle, l'époque de Saint Louis (1214-1270) qui ne se lavait la bouche que six fois par an, au moment des fêtes religieuses, avant de communier, semble définitivement révolue. Xavier Riaud

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Informations bibliographiques