Œuvres de Jean Lemaire de Belges: Les illustrations de Gaule et singularitez de Troye

Front Cover
J. Lefever, 1882
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 201 - Car alors Flora la gracieuse Nymphe compaigne du doux vent Zephyrus, s'entremit de tapisser la noble montaigne de fresche verdure, et de plantes aromatiques et flairans violettes dyaprees de maintes couleurs, dont son mary le gentil Zephyrus filz d'Astreus et de la belle Aurora luy faisoit fourniture, si comme de marjolaines, poliot, cyprès, spic, romarin, euroine, mente, basilisque, marguerites, soucies, ancolies, jennettes, giroflées, coqueletz, percelles, bacinetz , passeroses, passeveloux ,...
Page 201 - ... aux Dieux. Et quand ilz furent tous tendus et bien hourdis, Rosee la belle pucelle, fille de la Lune et de l'Air, vint pendre autour des branchettes mille perles rondes, et gemmes cleres et transparentes quelle tira de son espargne, pour enrichir leur florissance, laquelle rendoit telle odeur, que toute la region en estoit toute imbue et embaumee.
Page 110 - Idees, auec les pasteurs du Roy. Cicero, acteur tressuffisant, en son liure de Deuination, (1) recite que la Royne Hecuba compaigne du Roy Priam, estant enceinte du cinquieme de ses enfans masles (qui puis fut appellé Paris) veit vn songe en son repos, par lequel il luy sembla quelle enfantoit vne torche alumee, toute sanglante, qui brusloit et enflamboit la cité de Troye : Et aussi fait Ouide en lepistre d'Helaine à Paris, disant : Fax quoque me terret quam se peperisse cruentam Ante diem partus...
Page 121 - ... en chantant, ou faire cages pour les garder et nourrir. Aucunesfois luy et eux grimpoient sur les hauts arbres pour desnicher les pies, les chauuettes, les iays et les coquus. Ou ilz alloient tout coyement parmy les humbles buissonnets chercher les nyz des chardonnetz et des lynottes.
Page 163 - Car la seule vapeur nectaree et ambrosienne, est si penetrante et si vegetatiue, que des que le flair en ha esté prochain à mon sens odoratif, mon rude conceuoir sest esclarcy, mon gros entendement sest ouuert, et mes organes se sont ampliez, comme pour receuoir vn don supernaturel : tellement que ainsi comme tout enyuré de nouueau desir, ie suis rauy en ecstase : et aprens à speculer hautes choses.
Page 256 - Cestasauoir, que les nobles poëtes ont voulu entendre, que Paris auoit la planette Venus en son horoscope. Cestadire, selon les astronomiens, que Venus dominoit à Iheure de sa natiuité, et lenclinoit à choses amoureuses et veneriennes. Et pourtant (3) deliura il la pomme dor à ladite Deesse : Cestadire, son noble chef qui estoit de rondeur spherique, et de splendeur aureine comme la pomme...
Page 302 - Puis soudainement le tira à luy en reculant : et le laissa eschapper par si grand rudesse, quil luy feit baiser la terre bien violentement, et choir à dens de sa hauteur tout plat estendu : tellement que au tomber il sembla donner tel coup, comme fait vn grand chesne en la forest, qui par le soufflement impetueux des vents, ou dun grand orage est abatu.
Page 241 - Deesse, non tant pour se monstrer honteuse et modeste, comme pour donner par quelque gracieux artifice augmentation à sa speciosité naturelle, auoit fait tistre en vn moment par ses trois Graces, et sa niece Volupté, vn grand floquart de roses blanches et vermeilles, bien garny de ioncz palustres par dedens, à fin que les branchettes espineuses ne violassent sa chair tendrette : Et le sestoit fait mettre et adapter en sorte quil enuironnoit ses larges reins, et reposoit sur ses grosses hanches,...
Page 120 - ... la pierre à la main, et à la fronde, à tirer la boule, à luitter, à courir, à saillir, ou à noer4, aussi à sonner cors, chalemeaux, harpes, reberbes, et musettes pastorales5.
Page 254 - Nymphe, est semblable à ce que auons dit cy dessus de Pegasis Oenone. Car toutes nobles femmes sont dites Nymphes. Et est dite nymphe Nereïde, cestadire, Nymphe de mer, pource quelle estoit dame de lisle de Thetios, comme iay leu quelque part, mais ne me souuient ou.

Bibliographic information