Glossen zum Wiener Theater (1903-1906)

Front Cover
S. Fischer, 1907 - Drama - 487 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 234 - Né à Paris, d'un père Uzétien et d'une mère Normande, où voulez-vous, Monsieur Barrés, que je m'enracine ? J'ai donc pris le parti de voyager.
Page 233 - C'est comme un ordre architectural que l'on perfectionne: c'est toujours le même ordre. C'est comme une maison où l'on introduit d'autres dispositions : non seulement elle repose sur les mêmes assises, mais encore elle est faite des mêmes moellons, et c'est toujours la même maison.
Page 405 - Qu'est-ce qu'il en fait, le lecteur, de ma page d'écriture? Une suite de faux sens, de contresens et de non-sens. Lire, entendre, c'est traduire. Il ya de belles traductions, peut-être; il n'y en a pas de fidèles. Qu'est-ce que ça me fait qu'ils admirent mes livres, puisque c'est ce qu'ils ont mis dedans qu'ils admirent? Chaque lecteur substitue ses visions aux nôtres.
Page 406 - Toute fin est cachée à l'homme. J'ai demandé mon chemin à tous ceux qui, prêtres, savants, sorciers ou philosophes, prétendent savoir la géographie de l'Inconnu. Nul n'a pu m'indiquer exactement la bonne voie. C'est pourquoi la route que je préfère est celle dont les ormeaux s'élèvent plus touffus sous le ciel le plus riant. Le sentiment du beau me conduit. Qui donc est sûr d'avoir trouvé un meilleur guide?
Page 236 - ... comme une lutte au contraire, ou mieux comme un duel contre lui — duel où le mépris du public est un des principaux éléments du triomphe. La grande erreur de nos dramaturges modernes est de ne pas mépriser suffisamment leur public. Il ne faut pas chercher à l'acquérir, mais à le vaincre. Un duel, vous dis-je, et d'où le public sorte et battu, et content.
Page 236 - Et pourtant je ne peux considérer le drame comme soumis au public; non jamais; je le considère comme une lutte au contraire, ou mieux comme un duel contre lui — duel où le mépris du public est un des principaux éléments du triomphe.* Gide's plays exist essentially as literary documents and as revelations of their author's thought and experience.
Page 405 - Il admire les croyants et il ne croit pas. On peut dire qu'avec lui la critique est décidément sortie de l'âge théologique. Il conçoit que sur toutes choses il ya beaucoup de vérités, sans qu'une seule de ces vérités soit la vérité. Il a, plus encore que SainteBeuve, de qui nous sortons tous, le sens du relatif et l'inquiétude avec l'amour de l'éternelle illusion qui nous enveloppe.
Page 233 - ... ici et là c'est le triste automate ; mais la supériorité de l'homme est qu'il peut arriver à la conscience : un petit nombre y parvient. Acquérir la pleine conscience de soi, c'est se ccnnaître tellement différent des autres qu'on ne sent plus avec les hommes que des contacts purement animaux : cependant entre âmes de ce degré, il ya une fraternité idéale basée sur les différences, — tandis que la fraternité sociale l'est sur les ressemblances. , Cette pleine conscience de soi-même...
Page 234 - Dans le bien-être s'étiole toute vertu ; les routes neuves, ardues, la nécessitent. J'aime (pardonnez-moi) tout ce qui met l'homme en demeure, ou de périr, ou d'être grand.
Page 233 - ... magnifique douceur nous apaise, nous invite à accepter tous nos esclavages et la mort : c'est si l'on veut bien comprendre — et non pas seulement dire du bout des lèvres, mais se représenter d'une façon - sensible — que nous sommes la continuité de nos parents. Cela est vrai anatomiquement. 'Ils pensent et ils parlent en nous. Toute la suite des descendants ne fait qu'un même être. Sans doute, sous l'action de la vie ambiante, une plus grande complexité y pourra apparaître, mais...

Bibliographic information