La France au temps des croisades, ou Recherches sur les mœurs et coutumes des Français aux xiie et xiiie siècles, Volume 1

Front Cover
1844
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 251 - Exaltationes Dei in gutture eorum ; * et gladii ancipites in manibus eorum : Ad faciendam vindictam in nationibus ; * increpationes in populis. Ad alligandos reges eorum in compedibus : * et nobiles eorum in manicis ferreis.
Page 93 - Et s'il les a, il doit à la première bataille, où il se trouvera, apporter un pennon de ses armes, et doit venir au...
Page xii - Si quelqu'un a donné des armes ou toute autre chose à un homme qu'il a reçu dans son patronage , que. ces dons demeurent à celui qui les a .reçus. Si ce dernier choisit un autre patron , qu'il soit libre de se recommander à qui il voudra ; on ne peut l'interdire à UD homme libre , car il s'appartient à lui-même ; mais qu'il rende au patron dont il se sépare tout ce qu'il en a reçu...
Page 151 - France que la population des communes, la bourgeoisie s'est développée le plus complètement, le plus efficacement, et a fini par acquérir dans la société la prépondérance la plus décidée. Il ya eu des communes dans toute l'Europe; il n'ya eu vraiment de Tiers-État qu'en France.
Page 141 - Seigneur, dit-il pour sa défense, tout ce que je possède est à vous, et ma personne aussi; cependant il me paraît très juste, que celui qui acquiert des biens au péril de sa tête et de sa vie, en jouisse lui-même. C'est pour vous flatter et vous plaire que les courtisans timides et oisifs vous ont tenu un pareil langage. » Alors un des accusateurs, s'avançant d'un air plein de colère, et l'accablant d'injures, lui dit : « Vous en avez « menti par la gorge, vous qui accusez de lâcheté...
Page 220 - Si l'homme, coupable de quelque méfait, se réfugie auprès d'une dame, il aura sûreté de sa personne en payant le dommage. Que la paix soit avec le rustique ; que ses bœufs et ses instruments aratoires ne puissent être saisis (1).
Page 319 - Jes forêts, et il assurait en plaisantant, à ses amis, qu'il n'avait jamais eu en cela d'antres maîtres que les chênes et les hêtres... » — « Croyez-moi , disait-il à l'un d'eux , il ya quelque chose de plus dans les forêts que dans les livres, les arbres et les rochers vous apprendront ce que ne...
Page 101 - Dans tout l'u« nivers, partout où vivent des chrétiens, les con« ventions écrites l'emportent sur les lois et sur les « formes judiciaires. » Lorsque Robert entendit cet arrêt, il fut frappé d'une si vive douleur, qu'il ne put répondre un seul mot. Messire Geoffroy, au contraire, se leva aussitôt, et avec beaucoup d'affabilité et de marques d'affection remercia les arbitres, ainsi qu'il est d'usage dans toutes les cours * seigneuriales de remercier ceux qui rendent la justice.
Page 156 - Sachent donc tous les chrétiens présents et à venir que j'ai fait à Noyon une commune constituée par le conseil et dans une assemblée des clercs, des chevaliers et des bourgeois, que je l'ai confirmée par le serment, l'autorité pontificale et le lien de l'anathème, et que j'ai obtenu du seigneur roi Louis qu'il octroyât cette commune et la corroborât du sceau royal. Cet établissement fait par moi, juré par un grand nombre de...
Page 30 - Lorsque j'entendis ces paroles, je sentis une dou« leur profonde , et vins ici , dans ma chambre , où « je pleurai abondamment. » En entendant ce récit, le comte fit un serment terrible, et dit à la comtesse son épouse : « Je vous « jure par le Christ et par sa mère, de ne plus ence trer dans votre lit 2 que je ne vous aie fait reine

Bibliographic information