Mémoires du Maréchal Ney, duc d'Elchingen, prince de la Moskowa, Volume 1

Front Cover
 

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 402 - J'espère que bientôt les armées du Danube et du Rhin se donneront la main. Adieu, mon cher général; je vous embrasse de tout mon cœur, et suis pour la vie votre sincère ami.
Page 394 - Hundsruck , l'archevêché de Trêves , le duché de Berg , etc. , le régime constitutionnel. On ne devient pas républicain en un jour , et ceux qui achètent la liberté aussi cher l'aiment rarement lorsque sous un maître ils ont été habitués à ne pas payer d'impôts, ou au moins fort peu.
Page 12 - Le maître d'armes des chasseurs de Vintimille , en garnison avec colonel-général , était , comme tous ceux d'alors , un crâne dangereux , toujours le sabre à 'la main , redoutable aux jeunes recrues et même à d'habiles tireurs ; il avait blessé le maître d'armes de colonel-général et insulté le régiment. Les sous-officiers se réunirent pour punir l'insolent. Le plus brave et le plus adroit fut choisi , et Ney , fait brigadier depuis peu , chargé de la vengeance de ses camarades. Il...
Page 268 - ... avant de partir, la satisfaction de le voir » assez avancé pour que les ennemis du système » représentatif aient perdu toute espérance de » succès En général , l'état politique de » toute l'Helvétie est satisfaisant ; une hiérarchie » constitutionnelle s'y établit, et il suffira d'une » surveillance ordinaire pour que les intérêts de » la France ne reçoivent aucun préjudice. ... Je » pars le 28 mars pour me rendre en Italie, con
Page 228 - ... nous étions obligés de vendre nos maisons pour subvenir aux frais que nécessite la défense de la liberté. Oh ! je suis éclairé maintenant... Quels trésors, quelles mines d'or pourraient jamais fournir aux dépenses scandaleuses de quelques-uns de nos militaires...
Page 392 - ... des bords du Rhin, ne dégoûtent ces derniers de la Révolution française et du Gouvernement républicain ?... Ne serait-il pas... plus convenable et utile de rendre aux habitants des pays occupés par l'armée de Sambre-et-Meuse, leurs administrations naturelles, les baillis, et aux biens ecclésiastiques leurs chapitres ? L'économie semble réclamer cette mesure que la politique ne désavoue pas. Qui assurera qu'elle n'attirera pas à la République les cœurs aliénés par les brusqueries...
Page 392 - Toute l'armée accuse hautement les administrateurs de l'affreuse disette qu'elle éprouve. Sinon au sein de l'abondance, du moins dans un pays qui n'est pas absolument dépourvu, ne conviendrait-il pas de supprimer ces administrations qui, en admettant qu'elles soient composées des plus honnêtes gens du globe, coûtent infiniment et ne sont de presque aucune utilité, la plupart des commissaires ignorant la langue du pays, et, comme étrangers, n'ayant aucune connaissance de ses productions, ni...
Page 236 - ... à Marceau ; celui-ci devait aller prendre vos instructions à Paris , lorsqu'il a été tué. Le prince Charles nous a fait faire retraite malgré lui et désirait trouver plus de résistance. Il est furieux contre les Bourbons depuis le mariage de la fille de Louis XVI avec le duc d'Angoulême, et veut ]a paix a tout prix.
Page 13 - ... retourne; c'est son colonel qui le menace , le fait arrêter et jeter au cachot. Le duel était puni de mort. Ney était pris sur le fait, en flagrant délit, le cas ne pouvait être plus grave ; mais il était aimé de ses chefs. Il se battait par délégation. On chercha à le sauver : les sous-officiers vinrent en masse chez le colonel demander sa grâce. Ce fut bientôt une affaire de corps. Déjà on craignait dans l'armée qu'une trop grande sévérité n'exaspérât les soldats , chez...

Bibliographic information