Denkwürdiger und nützlicher rheinischer antiquarius: welcher die wichtigsten und angenehmsten geographischen, historischen und politischen merkwürdigkeiten des ganzen Rheinstroms, von seinem ausflusse in das meer bis zu seinem ursprunge darstellt, Volume 3

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 592 - J'assignai la petite ville de Calvisson pour tous ceux qui voudroient imiter la troupe de Cavalier, que j'y établis avec des vivres, des habits, et les autres choses nécessaires à ces malheureux, qui y vinrent manquant de tout. Pour Cavalier lui-même, à la tête d'un petit détachement composé des plus sages de ses gens, il se mit en route pour aller chercher ses lieutenans, et leur faire entendre raison s'il pouvoit. Je le suivis, pour être à portée de traiter ou de combattre, selon les...
Page 177 - ... tout ce que nous avons fait contre ces gens-là -, mais je puis protester, en homme d'honneur, qu'il n'ya sortes de crimes dont les camisards ne fussent coupables : ils joignoient à la révolte, aux...
Page 177 - ... ils auroient engagé dans la révolte non-seulement tous les huguenots du Languedoc, dont on prétend que le nombre monte à deux cent mille, mais il ya apparence que la contagion se seroit communiquée aux provinces voisines ; et peut-être même que beaucoup de catholiques, ennuyés de payer les impôts, se seroient aussi joints à eux.
Page 168 - Montchevreuil , avec le même nombre de troupes, à la gauche; et le village fut mon lot, avec deux autres brigades. Ce village faisoit un ventre dans la plaine, de manière que comme nous marchions tous trois de front, et que j'étois dans le centre, j'attaquai le premier: je poussai les ennemis, et les chassai de haies en haies jusque dans la plaine, au bord de laquelle je me remis en bataille. Les troupes, qui devoient attaquer...
Page 195 - Toison dans sa main et la lui montrant, « que voulez-vous que je fasse de ceci, que je tiens du roi d'Espagne, avec la permission du Roi, si je sers contre l'Espagne, et qui est le plus grand honneur que j'aie pu recevoir?
Page 589 - ... plus ni celle-là ni celle qu'on veut leur donner, et deviennent capables des plus grands crimes : ils nous firent même craindre quelque temps de les voir se réunir aux camisards noirs, sous le prétexte toujours flatteur pour le peuple de s'opposer à l'augmentation des impôts.
Page 595 - J'en fis arrêter vingt des plus méchantes, dont une eut la hardiesse de trembler et prophétiser pendant une heure devant moi. Je la fis pendre pour l'exemple, et renfermer les autres dans les hôpitaux.
Page 591 - Il est certain que pour contenir ses gens, il eu faisait souvent mourir;, et je lui demandais hier : « Est-il possible qu'à votre âge, et n'ayant pas un long usage du commandement, vous n'eussiez aucune peine à ordonner souvent la mort de vos propres gens? — Non, monsieur, me dit-il, quand elle me paraissait juste. — Mais de qui vous serviez-vous pour la donner? — Du premier à qui je l'ordonnais, sans qu'aucun ait jamais hésité à suivre mes ordres. » Je crois, monsieur, que vous trouverez...
Page 41 - Rommaigne ; et avant qu'ils s'en aperçussent aucunement , les assaillit environ huit heures au matin , et ains qu'ils s'en donnassent garde , les rua jus et détroussa du tout. Si y furent morts environ soixante hommes , entre lesquels le furent Alain Geron , bailli de Senlis , Geoffroy de Morillon , Pierre d'Orgy, Alain de la Roche, Olivier de la Jouste , le bâtard de Villeblanche , et plusieurs autres gentilshommes ; et si en furent pris prisonniers bien six vingts, dont en étoit un Blanchelaine....
Page 595 - ... vu dans ce genre des choses que je n'aurais jamais crues si elles ne s'étaient passées sous mes yeux; une ville entière, dont toutes les femmes et filles, sans exception, paraissaient possédées du diable. Elles tremblaient et prophétisaient publiquement dans les rues.

Bibliographic information