Annales maritimes et coloniales, Volume 2, Part 1

Front Cover
Imprimerie Royale, 1838 - France
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 337 - ... non, la diplomatie n'est point une science de ruse et de duplicité. Si la bonne foi est nécessaire quelque part, c'est surtout dans les transactions politiques, car c'est elle qui les rend solides et durables. On a voulu confondre la réserve avec la ruse. La bonne foi n'autorise jamais la ruse, mais elle admet la réserve ; et la réserve a cela de particulier, c'est qu'elle ajoute à la confiance.
Page 337 - Il faut, en effet, qu'un ministre des affaires étrangères soit doué d'une sorte d'instinct qui, l'avertissant promptement , l'empêche , avant toute discussion , de jamais se compromettre. Il lui faut la faculté de se montrer ouvert, en restant impénétrable; d'être réservé, avec les formes de l'abandon ; d'être habile jusque dans le choix de ses distractions ; il faut que sa conversation soit simple, variée, inattendue, toujours naturelle et parfois naïve; en un mot , il ne doit pas cesser...
Page 336 - Quoique M. Reinhart n'eût point alors l'avantage qu'il aurait eu, quelques années plus tard, de trouver sous ses yeux d'excellents modèles, il savait déjà combien de qualités , et de qualités diverses , devaient distinguer un chef de division des affaires étrangères. Un tact délicat lui avait fait sentir que les mœurs d'un chef de division devaient être simples , régulières, retirées; qu'étranger au tumulte du monde, il devait vivre uniquement pour les affaires et leur vouer un secret...
Page 334 - C'est aussi au milieu de livres de théologie qu'avait étc commencée par son père, devenu évêque de Gap, l'éducation de M. de Lyonne , dont le nom vient de recevoir un nouveau lustre par une récente et importante publication. Les noms que je viens de citer me paraissent suffire pour justifier l'influence qu'eurent , dans mon opinion , sur les habitudes d'esprit de M.
Page 335 - Danube , et commissaire gé • néraï des relations commerciales en Moldavie; ministre plénipotentiaire auprès du roi de Westphalie; directeur de la chancellerie du département des affaires étrangères; ministre plénipotentiaire auprès de la diète germanique et de la ville libre de Francfort, et enfin ministre plénipotentiaire à Dresde. Que de places , que d'emplois , que d'intérêts confiés à un seul homme ; et cela , à une époque où les talents paraissaient devoir être d'autant...
Page 335 - La, il se trouva naturellement en relation avec plusieurs des hommes dont le talent, les erreurs et la mort jetèrent tant d'éclat sur notre première Assemblée législative. M. Reinhart se laissa facilement entraîner par eux à s'attacher au service de la France. Je ne m'astreindrai point à le suivre pas à pas à travers les vicissitudes dont fut remplie la longue carrière qu'il a parcourue. Dans les nombreux emplois qui lui furent confiés, tantôt d'un ordre élevé, tantôt d'un ordre inférieur,...
Page 338 - ... sanitaire ; ce sont eux qui , par leurs relations habituelles , peuvent donner une idée juste et complète de la situation du commerce, de la navigation et de l'industrie particulière au pays de leur résidence.
Page 336 - ... tact délicat lui avait fait sentir que les mœurs d'un chef de division devaient être simples, régulières, retirées ; qu'étranger au tumulte du monde, il devait vivre uniquement pour les affaires et leur vouer un secret impénétrable ; que, toujours prêt à répondre sur les faits et sur les hommes, il devait avoir sans cesse présents à la mémoire tous les traités, connaître historiquement leurs dates, apprécier avec justesse leurs côtés forts et leurs côtés faibles, leurs antécédents...
Page 337 - On a voulu confondre la réserve avec la ruse. La bonne foi n'autorise jamais la ruse, mais elle admet la réserve ; et la réserve a cela de particulier, c'est qu'elle ajoute à la confiance. « Dominé par l'honneur et l'intérêt du prince, par l'amour de la liberté fondée sur l'ordre et sur les droits de tous, un ministre des affaires étrangères, quand il sait l'être, se trouve ainsi placé dans la plus belle situation à laquelle un esprit élevé puisse prétendre.
Page 334 - Denkendorf et dans celui de la Faculté protestante de Tubingue, lui avait donné une force et en même temps une souplesse de raisonnement, que l'on retrouve dans toutes les pièces qui sont sorties de sa plume. Et pour...

Bibliographic information