Exposition du système du monde

Front Cover
Mme. Ve. Courcier, 1813 - Astronomy - 457 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 137 - ... la longitude moyenne du premier, moins trois fois celle du second, plus deux fois celle du troisième, n'a jamais différé de deux angles droits, que de quantités presque insensibles.
Page 244 - ... la longitude moyenne du premier satellite, moins trois fois celle du second, plus deux fois celle du troisième. En même temps , elle a donné naissance à une inégalité périodique qui dépend de la petite quantité dont les moyens mouvemens s'écartaient primitivement du rapport que nous venons d'énoncer.
Page 438 - Si le système solaire s'était formé avec une parfaite régularité ; les orbites des corps qui le composent , seraient des cercles dont les plans ainsi que ceux des divers .équateurs et des anneaux coïncideraient -avec le plan de l'équateur solaire. Mais on conçoit que les variétés sans nombre qui ont dû exister dans la température et la densité des diverses parties de ces grandes masses, ont produit les excentricités de leurs orbites , et les déviations de leurs mouvemens , du plan...
Page 433 - Dans l'état primitif où nous supposons le Soleil, il ressemblait aux nébuleuses que le télescope nous montre composées d'un noyau plus ou moins brillant, entouré d'une nébulosité qui, en se condensant à la surface du noyau, le transforme en étoile. Si l'on conçoit, par analogie, toutes les étoiles formées de...
Page 241 - ... privés à la fois de la lumière du Soleil et de celle de la Lune. Pour y parvenir, il eût suffi de mettre à l'origine la Lune en opposition avec le Soleil dans le plan même de l'écliptique, à une...
Page 79 - Pyrénées, et qui fut mesuré en 1740 par les Académiciens français. Mais une nouvelle mesure d'un arc plus grand encore, faite avec des moyens plus exacts, devant inspirer en faveur du nouveau système des poids et mesures un intérêt propre à le répandre, on résolut de mesurer l'arc du méridien terrestre compris entre Dunkerque et Barcelone.
Page 364 - Chinois sont de tous les peuples celui dont les annales nous offrent les plus anciennes observations que l'on puisse employer dans l'astronomie. Les premières éclipses dont elles font mention ne peuvent servir qu'à la chronologie, par la manière vague dont elles sont rapportées; mais ces éclipses prouvent qu'à l'époque de l'empereur Yao, plus de deux mille ans avant notre ère, l'astronomie était cultivée à la Chine, comme base des cérémonies.
Page 438 - ... vapeurs, dont nous venons de concevoir la formation, nous verrons naître, au centre de chacune d'elles, un noyau s'accroissant sans cesse par la condensation de l'atmosphère qui l'environne. Dans cet état, la planète ressemblait parfaitement au Soleil à l'état de nébuleuse où nous venons de le considérer; le refroidissement a donc dû produire, aux diverses limites de son atmosphère, des phénomènes semblables à ceux que nous avons décrits...
Page 450 - Séduit par les illusions des sens et de l'amourpropre, l'homme s'est regardé longtemps comme le centre du mouvement des astres, et son vain orgueil a été puni par les frayeurs qu'ils lui ont inspirées. Enfin, plusieurs siècles de travaux ont fait tomber le voile qui cachait à ses yeux le système du monde.
Page 375 - Distances du soleil et de la lune, dans lequel il expose la manière ingénieuse dont il essaya de déterminer le rapport de ces distances. Aristarque mesura l'angle compris entre les deux astres au moment où il jugea l'exacte moitié du disque lunaire éclairée. A cet instant, le rayon visuel, mené de l'œil de l'observateur au centre de la lune, est perpendiculaire à la ligne qui joint les centres de la lune et du soleil ; ayant donc trouvé l'angle à l'observateur plus petit que l'angle droit...

Bibliographic information