Leopold von Ranke's sämmtliche Werke, Volumes 47-48

Front Cover
Duncker & Humblot, 1880 - Europe
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 353 - ... de puissance où elle était avant sa chute , c'està-dire avec dix millions de sujets. Qu'on la laissât faire, bientôt elle en aurait vingt, et l'Allemagne tout entière lui serait soumise. Il est donc nécessaire de mettre un frein à son ambition, en restreignant d'abord, autant qu'il est possible, son état de possession en Allemagne, et, ensuite, en restreignant son influence par l'organisation fédérale.
Page 191 - ... dans cette alliance les membres de la confédération du Rhin et le duché de Varsovie. « Les troupes auxiliaires prussiennes...
Page 35 - ... négociations, elles n'eussent pas conduit à un résultat satisfaisant, la France fera cause commune avec la Russie contre la Porte Ottomane, et les deux hautes parties contractantes s'entendront pour soustraire toutes les provinces de l'Empire ottoman en Europe, la ville de Constantinople et la province de Romélie exceptées, au joug et aux vexations des Turcs.
Page 442 - STAMPED BELOW AN INITIAL FINE OF 25 GENTS WILL BE ASSESSED FOR FAILURE TO RETURN THIS BOOK ON THE DATE DUE. THE PENALTY WILL INCREASE TO SO CENTS ON THE FOURTH DAY AND TO $1.OO ON THE SEVENTH DAY OVERDUE.
Page 247 - Suède déclare qu'il regardera cet accroissement »de territoire comme une juste récompense des efforts que l'empereur »aura faits contre l'ennemi commun, et lui en garantira la possession. »SM britannique sera également invitée- à donner une pareille assu»rance et garantie à SM l'empereur de toutes les Russies.
Page 347 - États allemands, effectuée par l'une des Puissances appelées à la protection de la commune patrie. La France s'étant également prononcée d'une manière catégorique contre la conquête entière de la Saxe, l'union de l'Autriche et de la Prusse pour le soutien...
Page 347 - Prusse, au contraire, se verra à peu près dans la situation où l'Autriche était, lorsque cette puissance avait la Belgique. En 1805, elle était beaucoup mieux arrondie, beaucoup mieux en état de se défendre qu'elle ne le sera maintenant, dans son étendue immense, depuis le Niémen jusqu'à la Meuse; elle aura à défendre, dans un aussi grand éloignement, le quart de ses positions détaché et coupé du reste par d'autres États. Depuis la conquête de la Saxe, la Prusse ne s'est pas cachée...
Page 19 - Sd;toeben шф1 beitreten, fo des malheurs. Il faut une fédération forte et capable de résister en première ligne à la puissance française.

Bibliographic information