Théorie de la figure de la terre: tirée des principes de l'hydrostatique

Front Cover
Courcier, 1808 - Earth - 308 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 2 - Kg. 92. et le justifie comme suit: « Puisque la masse entière PEpe est supposée en équilibre, une partie quelconque du fluide pourrait devenir solide, sans que le reste changeât de situation. Supposons que toute la masse se durcisse, excepté ce qu'il faut de fluide pour former le canal ORS, ce canal sera donc en équilibre; or cela ne peut arriver que si les efforts de OR pour sortir vers S ne sont égaux à ceux de SR pour sortir vers O. » Ce principe englobe l'hypothèse de Newton, comme...
Page xiv - Newton a paru, écrivait-il avec une évidente satisfaction, les Cartésiens éclairés ont été forcés de reconnaître que la force de la pesanteur était répandue dans tout l'univers ; ils sont enfin convenus que la lune est un corps grave qui pèse vers la terre ; que la terre et toutes les planètes ont une semblable gravité vers le soleil, ainsi que les satellites vers leurs planètes principales ; et, se trouvant encore obligés d'avouer que toutes ces gravités augmentent dans la même...
Page xxii - ... les Newtoniens doivent trouver un sphéroïde tel qu'un corpuscule placé dans un lieu quelconque de sa surface et qui est sollicité en même temps par la force centrifuge et par les attractions de toutes les parties du sphéroïde, prenne une direction perpendiculaire à cette surface.
Page 106 - ... de la combinaison de plusieurs causes particulières qu'on n'évalue pas chacune séparément. Or quand on compare l'élévation de l'eau dans deux tubes différens, l'attraction de chaque surface est le résultat de toutes les attractions de chaque particule de verre sur toutes celles de l'eau , et comme toutes les petites forces qui composent la force totale d'une de ces surfaces ne sont pas égales entre elles , on n'a aucune raison...
Page 34 - vaut Qdy. De même la force P donne l'effort Pdx. D'où V effort total de la gravité: Pdx + Qdy. Il faut que si on calcule la somme des efforts de la gravité sur un canal quelconque ON on ait la même quanClairaut suppose que la gravité ait deux composantes P et Q parallèlement aux axes CP et CE.
Page xxii - ... qu'il est présenté aujourd'hui par de nouveaux Cartésiens qui ont reconnu une partie du système de Newton. » Certes, dans le système de l'attraction, la détermination de la figure de la terre se présente avec une difficulté spéciale, que Clairaut ne songe pas à nier, ou à minimiser. « Car, dans l'hypothèse des tourbillons, on a la loi de la pesanteur avant d'avoir la figure de la terre, au lieu que, dans le système de l'attraction, on a deux objets à chercher à la fois : les...
Page 121 - Jurin , pourraient s'en rappeler une , qui au premier coupd'œil semblerait démentir les raisonnemens précedens: cette expérience consiste en ce que si on soude deux tuyaux capillaires d'inégale grosseur , et qu'on trempe le bout le plus étroit dans l'eau, cette liqueur n'y monte pas plus haut , que si tout le tuyau était de la même grosseur que par le bout d'enhaut.
Page 5 - ... longueur du canal étant arbitraire, un tronçon FG doit être en équilibre aussi bien que le canal entier, ce qui exclut la compensation précédente. Force est donc de revenir à l'hypothèse d'Huyghens. Mais la forme véritablement utile sous laquelle Clairaut énonce son principe est la suivante: « Afin qu'une masse de fluide puisse être en équilibre, il faut que les efforts de toutes les parties du fluide renfermées dans un canal quelconque rentrant en lui-même se détruisent mutuellement.
Page iii - DEPUIS l'époque où parut (en i743) la première édition de cet Ouvrage , la théorie de la figure de la Terre a été considérablement étendue et perfectionnée. C'est une des questions dont les Géomètres se sont le plus occupés, soit à raison de son importance en astronomie , soit à cause des difficultés qu'elle présente et qui sont liées à celles du calcul intégral. On trouve dans le troisième Livre de la Mécanique Céleste...
Page xiv - Cartésiens avec leur recours aux tourbillons. « Depuis que Newton a paru, écrivait-il avec une évidente satisfaction, les Cartésiens éclairés ont été forcés de reconnaître que la force de la pesanteur était répandue dans tout l'univers ; ils sont enfin convenus que la lune est un corps grave qui pèse vers la terre ; que la terre et toutes les planètes ont une semblable gravité vers le soleil, ainsi que les satellites vers leurs planètes principales ; et, se trouvant encore obligés...

Bibliographic information